Accueil  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  




 

Partagez | 
 

 A long time ago... ( Amélia v. Gillan & Adrian J.Cooper)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

ϟ MESSAGES : 230
ϟ INSCRIPTION : 19/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 05/06/1995
ϟ AGE : 23
ϟ JOB : Etudiante en psyco'
ϟ STATUT : Célibataire
ϟ ETAGE : 4eme


MessageSujet: A long time ago... ( Amélia v. Gillan & Adrian J.Cooper)   Mer 27 Juil - 22:39


Amélia s’était rendue sur la plage de bon matin, pour surfer et parlé avec ces co-équipiers avant la compétition de cette après midi, tout le monde étaient confiant… Amélia ne parlait pas beaucoup elle était concentré, elle regarda autour d’elle il n’y avait pas grand monde pour l’instant, elle ne surfa pas longtemps car il ne fallait pas qu’elle se fatigue trop après avoir revue quelques figures assez complexe la jeune fille, enleva le haut de sa combinaison pour bronzer un peu, elle parla un peu avec des gens, envoya un sms à son père, à Sam… Sam, son meilleur ami son colocataire son ami le plus fidèle et celui qu’elle aime le plus au monde… Elle l’avait sauvé une fois, et si l’occasion se faisait elle le referait… Si Amélia avait choisit Psychologie c’est pour une raison bien claire, pour savoir ce qui a pu provoquer le départ de sa mère, et surtout pour étudier les hommes et leurs comportements qui par moment peut être primitifs…
Elle s’était endormie sur la plage, les gens commençaient à venir sur la plage, elle mangea rapidement un bout, discuta une nouvelle fois avec ses co-équipières avant d’aller parlé au coach qui était très confiant à propos d’Amélia, il était persuadé qu’elle allait réussir, et tout déchirer comme il disait… Tout le monde était sure de cela, enfin a pars Amélia… L’heure approcha, la plage était bien remplie… Le stresse commence à se faire sentir, il y avait les meilleures surfeuses de la cote réunis à New Heaven pour cette compétition… Près de 18 jeunes filles et a ce moment même Amy se disait qu’elle n’avais aucune chance, elle passaient dans le derniers trios, où elle remporta la manche… Elle n’était pas tombé avait été gracieuse et très rapide… Mais elle faisait attention de ne pas trop montré ses techniques avant la final, enfin si elle y accédé… Le second tour passa. Plus que 8 concurrentes… un autre tour passa et plus que 4…. Amy était déjà nommée comme la chouchoute de tout le monde… La finale approcha, le stresse monté… Les deux dernières Amy et une fille de Californie… Elles parlèrent avant de s’affronté, et à vrai dire la jeune fille n’était pas vraiment courtoises avec Amy ce qui la choqua un peu… L’heure approcha et la final était arrivé… la jeune gillan pris sa planche et alla dans l’eau rama, pris une vague et sentie quelques choses de bizarre effectivement, la concurrente s’étais collé a elle et avait décidé de la faire perdre, elle s’était emmêler dans le fil de protection qui retenais Amy a la cheville… Amy la regarda puis détacha la corde de sa cheville puis rama loin avant de prendre une vague assez grosse et par la même occasion elle voyait sa concurrente qui venait de tomber, elle sourit légèrement avant de reprendre une grosse vague et de la surfer totalement en faisait une figure assez spectaculaire.
La cérémonie de remise de trophées allait bientôt se terminé mais tout le savait qui était la gagnante enfin sauf la principale concerné… Quand Amélia entendu un des juges dire « Amélia Gillan » elle était surprise elle n’en croyait pas ses yeux et ses oreilles, elle avait gagné… Elle sourit avant d’entendre un de ses coéquipiers dire « C’est Amélia Victoria Gillan » elle rigola légèrement, elle alla chercher son trophée… La cérémonie terminé elle disparu discrètement vers une crique à l’écart… Elle adorait le surf mais elle n’avait pas vraiment aimé les compètes… Elle se demandait pourquoi les gens aimaient les gagnants… Et puis de toute façon le principale c’est de participer… Elle avait détaché ses cheveux et avait enfilé des vêtements, ses cheveux dégoulinaient encore, elle tenait dans ses mains le trophée... Elle le regarda quelques instants avant de le lancer le plus fort qu’elle pouvait dans l’eau. Avant de lâcher un « Bon débarras » Elle n’avait pas commencé le surf pour gagné des trophées ou autre, mais pour se détendre et oublié… Elle avait commencé vers 15 ans c’était pour oublié le faite qu’on la traite comme une moins que rien à cause de son intelligence ou du fait qu’elle n’avait toujours pas digéré le départ de sa mère qui l’avait lâchement abandonné toute gamine… Elle se recrovilla sur elle, regarda l’horizon… Et une larme roula sur sa joue avant de l’enlever rapidement…Elle sentie une présence derrière elle mais n’osé par regarder… « Qu’est ce que vous me voulez ? Je suis pas d’humeur là »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ϟ MESSAGES : 169
ϟ INSCRIPTION : 27/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 19/03/1996
ϟ AGE : 22
ϟ JOB : glandeur.
ϟ STATUT : célibataire.
ϟ ETAGE : deuxième étage.


MessageSujet: Re: A long time ago... ( Amélia v. Gillan & Adrian J.Cooper)   Jeu 28 Juil - 15:57


Cette journée s’annonçait comme les autres pour Adrian Cooper. Réveillé aux aurores par les doux rayons du soleil fuyant de la côte est des Etats-Unis, le jeune homme émergeait sans grand mal ce sommeil lourd dont il fut victime cette nuit-là. D’un geste franc, il tira le léger drap qu’il lui avait servit de couverture et sortait de son lit. Cela faisait trois petites semaines que le beau brun était de retour à New Heaven et il n’avait toujours pas eu le temps de redécouvrir cette splendide ville qu’il avait du quitter quelques années plutôt, pour des raisons qu’il ignorait et qu’il regrettait d’avoir su. C’était principalement à cause de tout cela, que la vie qu’Adrian et de sa famille avait tourné au cauchemar. Mais le véritable responsable de la destruction de sa famille et de la mort de sa mère n’était autre que son père, Adrian le savait, pourtant il était dans l’incapacité de lui en vouloir. Il avait fait une erreur de jeunesse rien de plus. Après tout, l’erreur est humaine et mérite qu’on la pardonne non !? Du moins tel était le discours que se tenait Adrian à lui-même lorsqu’il éprouvait une rage puissante envers son géniteur.
Malgré les nombreuses années qui étaient passées, Adrian n’arrivait toujours pas à croire que son père ait pu faire un enfant à une autre femme et ce, alors que sa propre femme, la mère d’Adrian était enceinte de lui. Effectivement tout ceci avait quelque chose de fou et de très semblable à ce qu’on pouvait voir dans certains films américains. Adrian pensait toujours la même chose, sa vie aurait pu faire l’objet d’une trépidante série pour adolescents. A cette pensée, le ravissant brun s’esclaffa. Son rire irrésistible résonnait dans la salle de bain où il se tenait actuellement. Nu, à l’exception de ce caleçon noir qu’il portât à l’instant, Adrian s’avança jusqu’au miroir et s’inspecta son reflet avec attention. Il n’était pas du genre à se préoccuper de son apparence et encore moins à jouer les prétentieux mais il lui arrivait tout de même qu’il admire son apparence, sans vraiment émettre un jugement face à son physique.
Il passa sa main sur son torse et souffla. Il venait de s’être brossé les dents et comme toujours, après ça, il allait prendre ses médicaments qui l’empêchaient de devenir fou. Il y avait quatre comprimés en tout ; un bleu, un rouge, un orange et un blanc. Il était assez maniaque et depuis qu’on lui avait prescrit ses antidépresseurs, Adrian avait prit l’habitude de les avaler dans cette ordre. Il les déversa un à un dans l’une des ses mains et reposait les flacons de chacun des médicaments à leurs places avant de se diriger dans la cuisine. Là, il se servit un grand verre d’un et petit à petit, il avalait ses comprimés.

Dix minutes avaient été suffisantes pour que le beau New York n’arrive à la plage. Il trouvait une place de parking et s’y garait sans difficultés et sortait de son véhicule. A peine avait-il mit les pieds sur le sable chaud qu’une multitude de souvenirs lui vinrent en mémoire, parmi eux, les journées qu’il passait ici en compagnie de ses deux meilleurs amis d’enfance, Sam et Amélia. Il soupirait nostalgique. Même si il n’était pas rentré chez lui dans le but de les revoir, Adrian espérait tout de même les recroiser un jour. Il avait simplement prévenu Sam de son retour à New Heaven. Avec le jeune blond, il avait gardé contact jusqu’au jour d’aujourd’hui. Ils s’étaient promis de se revoir une fois Adrian à New Heaven, mais trois semaines étaient passées et pas de retrouvailles. Quant à Amélia… Leur contact avait été bien moins régulier que celui entre Sam et lui mais il savait que s’il la revoyait, il ferait de son mieux pour rattraper les années qu’ils avaient passé loin l’un de l’autre à cause de son foutu déménagement.
En marchant un petit peu, l’homme remarqua qu’une compétition de surf se déroulait à l’instant même sur la plage. Le surf, sa passion de toujours. Il aurait bien tenté de surfer de nouveau mais cela faisait bien trop longtemps qu’il n’avait pas pratiqué ce sport, qu’il redoutait de ne plus savoir surfer. Il se contentait donc d’admirer simplement le tournoi qui avait lieu sous ses yeux. Il y assista jusqu’à la remise des prix. Il applaudissait comme les faisait les gens autour de lui tandis qu’on appelait une certaines Amélia Gillan. Adrian fronçait les sourcils. Il n’y avait pas beaucoup de personnes qui portaient ce nom de ce fait… Cette Amélia à qui on remettait le premier prix devait forcément être la Amélia de son enfance, celle dont il était tombé amoureux, et celle pour qui il avait pleuré le jour de son déménagement. Il ne la vit que de loin…
A la fin de la cérémonie, il remarqua cette jeune femme s’éloigner vers une crique à l’écart. Adrian fut poussé par une chose qu’il ignorait et se mit à la suivre sans un bruit. Quand brusquement il la découvrait en train de lancer son trophée dans l’eau, ce qui surprit le bel Adrian. Puis elle se recroquevillait sur elle-même. Il avait alors vers elle et fut prit par surprise lorsque la jeune femme ouvrit la bouche, sans même se retourner pour lui faire face. Adrian sursauta légèrement avant de répliquer afin de détendre l’atmosphère : « Je ne l’aurais jamais cru. Je pars quelques années et voilà que la petite Amélia Gillan devient une pro du surf et remporte même une compét’. » Il rit par la suite avant de s’approcher un peu plus d’elle et de s’installer à ses côtés. « Tu te souviens de moi, j’espère ? » Demandait-il tous sourires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ϟ MESSAGES : 230
ϟ INSCRIPTION : 19/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 05/06/1995
ϟ AGE : 23
ϟ JOB : Etudiante en psyco'
ϟ STATUT : Célibataire
ϟ ETAGE : 4eme


MessageSujet: Re: A long time ago... ( Amélia v. Gillan & Adrian J.Cooper)   Jeu 28 Juil - 20:02

Une voix masculine répondit, elle aurait pensé que c’était Sam ou neil ou même son demi-frère mais non c’était une autre voix… Ce qui venait de dire c’était pour la taquinait, elle jeta un coup d’œil à son interlocuteur qui sans gène c’était installé a ses cotés, il était grand et brun, elle avait cette impression de le connaitre, et ses paroles… Quelques années, petite… La jeune fille serra sa main comme par énervement, ce mot « petite » l’avait suivit toute son enfance, tout le monde l’avait appelé comme cela…Et d’autre surnom qui avait pu blesser la jeune fille à cause de son intelligence et de son caractère lorsqu’elle était à l’école, car oui l’école est telle une jungle tout le monde se bat pour sortir du lot et donc pouvoir touché la maturité et la victoire, et quand tu ne veux rien faire comme Amélia a pu le faire, tu te noies dans l’ignorance, la solitude…
Il parla de surf et du fait qu’elle a gagné cette compétition… « Je m’en fou royalement de ce trophée, il est a l’eau… Je ne comprends pas le but de faire des compétitions, si on pratique un sport c’est parce qu’on aime ce qu’il nous procure, parce que ça peut être un moyen de se défouler, de se détendre ou… d’oublié… Par juste un moyen de gagné des trucs stupide. » Elle regarda au loin quelques instant avec de dire « et je ne suis pas petite… » Elle prononça ses mots avec une froideur assez voyante et un agacement dans le ton, puis soupira légèrement. Quand il lui demanda si elle se rappelait de lui, elle le regarda et vu son sourire, ses yeux, et scruta les moindres détailles de son visage, elle resta bouche-bée quelques instants puis regarda l’immensité bleu qui se présentais devant eux… Tout lui reviens en tête, ses yeux bleus, ce sourire, il avait certes changé, grandit, et était devenu très beau mais il restait Adrian… elle fit un léger sourire « Alors comme ça Monsieur cooper est revenu à New Heaven… Et est-ce que je pourrais savoir la raison ? » Elle s’allongea sur sa planche de surf et regarda le ciel en attendant sa réponse, jeter de coup d’œil par-ci par là et regardait Adrian quelques instants… Elle sentit son téléphone sonné dans son sac, elle regarda un sms c’était un sms de Sam, elle sourit en le lissant et le rangea rapidement. Comment aurait elle pu oublier Adrian, c’était un garçon qui avait était charmant avec elle, adorable et il avait été son meilleur ami, avant qu’il déménage pour une raison que Amy & Sam n’avait jamais su… Et d’un coup elle avait l’impression que la dernière fois qu’elle l’avait vu se rejouait dans sa tête, elle se voyait courir après la voiture, et les yeux d’Adrian, d’un très beau bleu remplis de larme et ensuite sam qui était venue la réconforté… Elle se frotta les yeux pour essayer d’enlever cette image dans sa tête, tout ce bousculer encore plus que d’habitude d'elle regarda Adrian, et se demandé s’il était venue pour eux ? Ou pour une raison diverse et ils avaient beaucoup de chose à savoir l’un sur l’autre, des choses qu’ils n’avaient pas mentionné dans les quelques lettres qu’ils s’étaient échangé… Amélia redoutait surement le moment où il lui demanderait comment va sa famille… Parce que ce n’était pas une question où l’on répond par ‘ça va’ Oh non, la réponse devrait être plus complexe de ça… Comme Ma mère ma abandonné moi et mon père dans un zoo... Mon père s’est remarié… Et j’ai grandis avec des gens autour de moi qui ne faisait que de me critiquer, mais sinon tout va bien ! Elle croisa ses bras près de sa poitrine et soupira en regardant au loin les gens sur la plage… Elle n’aimait pas vraiment être autant entourée. C’était pour cette raison qu’elle était venue se caché ici, sur cette pierre ou Adrian la rejoigne…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ϟ MESSAGES : 169
ϟ INSCRIPTION : 27/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 19/03/1996
ϟ AGE : 22
ϟ JOB : glandeur.
ϟ STATUT : célibataire.
ϟ ETAGE : deuxième étage.


MessageSujet: Re: A long time ago... ( Amélia v. Gillan & Adrian J.Cooper)   Jeu 28 Juil - 21:50


L’attention était une qualité qu’Adrian avait développée avec le temps et aujourd’hui, d’une oreille attentive, il mettait à profil ce don et écoutait son amie d’enfance sans l’interrompre ne serait-ce qu’un instant. Le jeune homme ravalait bruyamment sa salive quand il constatait avec stupeur ce ton glacial et sec qu’utilisait Amélia tandis qu’elle s’exprimait. Il fut assez surpris de la voir aussi distante avec lui car aussi loin qu’il s’en souvienne, la belle brune n’avait jamais adopté ce genre d’attitude, refermée et froide, envers lui. Il essayait de comprendre la raison de cet état d’âme. Peut-être une souffrance dans le passé qui l’empêchait d’avoir une once de sympathie envers les autres ou alors, et ce devait être très probablement la seule raison qui puisse expliquer cela, elle l’avait tout simplement oublié. S’imaginer qu’elle puisât l’oublier, Adrian fut quelque peu triste, mais il ne lui en voulait pas, bien au contraire. Après tout, cela faisait des lustres que les deux jeunes adultes ne s’étaient pas revus et avec les années qui avaient plus ou bien défilé d’une étonnante vitesse, ils avaient pris de l’âge, avaient mûri et avaient également changé physiquement. Adrian devait d’ailleurs avouer que s’il avait croisé la belle Amélia dans la rue – sans savoir qui elle était – il ne l’aurait très certainement pas reconnu. Du moins, il aurait eu un mal fou à comprendre qui elle était réellement. Il avait un peu l’impression de se retrouver face à une inconnue. Certes les seuls souvenirs qu’Adrian avait d’elle, étaient ceux remontant à leur enfance et depuis, Amélia avait du sacrément changer.
Il baissait la tête sur le sable qu’il prit entre ses doigts. Cette sensation agréable qu’était de toucher le sable chaud, lui avait drôlement manqué. Un moment de silence s’était installé entre les deux anciens amis. Un instant durant lequel Adrian remarquait que pas une seule fois le regard d’Amélia s’était tourné vers lui. Elle n’avait même pas pris la peine de découvrir le visage du jeune homme à ses côtés. Elle reprit vite la parole, répliquant haut et fort qu’elle n’était pas petite. Malgré la froideur de ses propos, ceux-ci parvinrent à faire décrocher à Adrian un peu sourire moqueur. Rien de bien méchant, pourtant tout de suite après s’être moqué d’elle, il ressentit le besoin de s’excuser. « Oh, ce n’était pas péjoratif, tu sais. Ce ne voulait pas te blesser, ce n’était pas mon intention ! » Il grimaçait légèrement, l’air navré.
Au grand bonheur, Amélia finit par lever les yeux sur lui. Sa surprise en découvrant la tête d’Adrian et le petit sourire qu’elle lui adressait juste après, soulagèrent l’homme sur une chose : elle ne l’avait pas oublié. Et ceci se confirmait juste après quand elle lui demandait la raison de son retour. Bonne question ! Adrian n’avait pas vraiment réfléchis à ce qu’il dirait à tout ce qu’il avait quitté du fait de son déménagement, auparavant, lorsqu’il le reverrait. Plusieurs options s’offraient alors à lui. Soit il lui révélait avec déception que c’était le suicide de sa mère et le besoin d’oublier ce grave évènement qui l’avait poussé à revenir. Ou alors, il lui parlait de ce demi-frère qu’il détestait et qu’il avait également voulu fuir. Dans chacun des deux cas, Adrian serait contraint de parler de certains aspects de sa vie qu’il n’appréciait pas. Il haussait les épaules avant de lâcher : « Juste un grand besoin de changement. Et puis j’avais également envie de retrouver mon vrai chez-moi ! » Un sourire forcé se dessinait sur ses lèvres et s’effaçait rapidement.
Pendant qu’il lui parlait, la jeune femme s’était allongée sur sa planche de surf et son portable s’était mis à vibrer. Adrian n’était pas du genre très curieux, il se fichait pas de mal de savoir qui avait bien lui envoyer un message. Il ne savait pas trop quoi lui dire. Après tout, que pouvait-il dire à la fille dont il était amoureux étant gamin et qu’il n’avait pas vu durant de longues années ?! Lui demander ce qu’il s’était passé durant son absence ? A quoi bon. Ce devait certainement être quelque chose d’inintéressant pour Adrian. Il se mit à songer… La seule personne au courant de son retour en ville était Sam. Il l’avait contacté quelques jours avant son départ de New York. Il était d’ailleurs le seul à connaître tout ce qui s’était passé dans la vie de l’adorable New Yorkais et le pourquoi de son retour. Mais depuis qu’il était ici, il n’avait aucune nouvelle de lui. Certainement que ce ne devait pas être le cas d’Amélia.
Sam, Amélia et Adrian étaient trois meilleurs amis à l’époque et durant l’enfance les amis sont les choses les plus précieuses que l’on possède. La belle surfeuse devait sûrement avoir des nouvelles de Sam. D’une façon très gênée, et peu sûr de lui, le séduisant jeune homme lui parlait et questionnait la belle, en tâchant de ne pas être trop curieux et indiscret.
« Et toi alors ?! Toujours à New Heaven… Cette ville vraiment changée, c’est assez bizarre. » Il lâchait un petit rire et poursuivit : « Et Sam alors, sans être indiscret… Vous êtes restés en contact vous deux ou… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ϟ MESSAGES : 230
ϟ INSCRIPTION : 19/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 05/06/1995
ϟ AGE : 23
ϟ JOB : Etudiante en psyco'
ϟ STATUT : Célibataire
ϟ ETAGE : 4eme


MessageSujet: Re: A long time ago... ( Amélia v. Gillan & Adrian J.Cooper)   Jeu 28 Juil - 23:07

Amélia venait de se rendre compte a quel point elle avait pu être froide depuis qu’elle avait commencé a parlé, mais elle qui a eu quelques problèmes d’avec le caractère de certaines personnes et par le fait qu’on l’ai abandonnée, oublié et insulté tellement de fois qu’elle ai du mal a être réellement, lorsqu’Adrian s’excusa pour avoir dit cela, elle se sentit totalement nulle, elle mis ses mains sur son visage avec de déclarer « je suis désolé… Je m’emporte quand on me dit que je suis petite, non a vrai dire a chaque remarqué désobligeante… C’est l’histoire de ma vie !» elle sourit légèrement à ce qu’elle venait de dire… Elle regarda l’horizon écouta alors pourquoi il était revenue, l’explication était très simple et sans vraiment de raison en faite juste besoin de rentré chez lui et de besoin aussi de grand changement, cela la fit légèrement sourire. De grand sourire elle se rappeler que lui avait habité a New York, et avait réaménagé la bas, dans cette ville de rêve pendant qu’eux ils étaient coincés dans cette bulle infernal, car oui même si New Heaven est un nouveau paradis, l’enfermement rends parfois les gens fous… Un léger blanc s’installa entre les deux, aucun des deux ne savait vraiment ce qu’il fallait dire ou de quoi parlé pour essayer de renouer la conversation… Il trouve un sujet de conversation ou plutôt une question, ce qu’elle faisait encore à New Heaven… elle le regarda haussa les épaules « toujours en même temps je ne vois pas où j’irais et puis maintenant c’est trop tard, rentré dans new Heaven, tu y restes jusqu’à ta mort… » Elle soupira légèrement oui c’était la loi on ne peut pas partir ensuite de la bulle qu’était new Heaven. La jeune fille regarda la bulle qui avait le soleil se faisait plus voir… « Bah écoutes tu vas vite t’habitué au nouveau New Heav'» elle sourit légèrement… Elle regarda le garçon qui lui demanda si elle avait gardé contact avec Sam, elle explosa de rire… La question était si idiote, enfin pour elle et pour tous les gens de New Heaven. « Alors la je crois que tu as ma réponse. OUI j’ai gardé contact avec Sam. Demande à n’importe qui dans cette ville, on est inséparable avec Sam ou presque » elle sourit légèrement en le regardant « C’est mon meilleur ami, et on vit ensemble… Enfin on est coloc’ Depuis que t’es parti on s’est beaucoup soutenue l’un a l’autre, enfin surtout lui m’a soutenue il n’y a pas un jour ou je n’avais pas besoin de réconfort ou d’aide, il était là, il ma défendue pas mal de fois et moi en retour je lui ai sauvé la vie une fois. » Elle sourit fièrement avant de le regarder… Elle le regarda quelques instants et tourna la tête, il avait changé seul son regard était resté le même, ses grands yeux bleus, ses magnifiques yeux bleus, des yeux qui en disent beaucoup à vrai dire… Elle constata que les trois jeunes enfants avaient tous changé physiquement a pars Sam qui avait gardé ce petit coté « cute », amélia avait vraiment changé, c’était une petite fille un peu ronde les cheveux courts et la voilà mince et les cheveux longs, une très jolie jeune fille. Elle regarda Adrian avant de lui dire « Tu sais que tu as bien changé, je ne t’aurais pas reconnus si je n’avais pas regardé tes yeux. Enfaite de nous, le seul qui a pas changé c’est Sam, il a toujours ca petite bouille toute mignonne. Parce que nous deux on a changé quand même, je suis plus mince et plus jolie, enfin je crois» Elle laissa échappé un petit rire discret mais mignon. Elle sourit a Adrian.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ϟ MESSAGES : 169
ϟ INSCRIPTION : 27/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 19/03/1996
ϟ AGE : 22
ϟ JOB : glandeur.
ϟ STATUT : célibataire.
ϟ ETAGE : deuxième étage.


MessageSujet: Re: A long time ago... ( Amélia v. Gillan & Adrian J.Cooper)   Ven 29 Juil - 12:47


Le beau New Yorkais ne comprit pas tout de suite la raison pour laquelle Amélia s’était mise à rire. Mais cette joie soudaine venant de la belle brune fit sourire Adrian. La voir comme cela, riant aux éclats – même à cause d’une chose qu’il ignorait – le rassura quelque peu. Il voyait de lui-même qu’elle était capable d’être ouverte et souriante. Elle était juste un peu trop susceptible, comme elle le lui avait elle-même révélé un peu plus tôt. Puis elle finissait par lui avouer qu’effectivement, elle avait gardé contact avec Sam. En l’espace de très courtes secondes, il apprenait également que les deux amis avaient vécu de nombreuses choses durant son absence et qu’au jour d’aujourd’hui, ils vivaient d’ailleurs ensemble en colocation. Adrian se rendait compte qu’il avait manqué énormément de choses avec ce foutu déménagement. Mais surtout, il prit conscience d’une chose primordiale : lui qui pensait qu’avec Sam, ils s’étaient tout dit tout au long de ses années, constatait qu’il lui avait caché cette grande amitié qu’il semblait partager avec Amélia.
Pour être franc, Sam avait parlé de cette relation qu’il entretenait avec une fille mais ce sans évoquer le fait que cette fille en question n’était autre qu’Amélia. Adrian se demandait pourquoi son meilleur ami n’avait jamais osé le lui dire. Peut-être par pudeur ou juste parce qu’il avait envie de garder certaine chose pour lui. Adrian n’en savait rien et à vrai, cela il importait peu. Il voyait qu’Amélia allait parfaitement bien, c’était ce qui comptait ! Et puis, le jeune brun n’était pas du genre à chercher les ennuis pour deux, trois petites choses sans grande importance. Il laissait tomber et oubliait ce léger détail, qui en y réfléchissant bien, n’avait pas aucun grand intérêt. « Waw, j’en ai quand même raté des trucs ! » S’exclamait-il en scrutant l’horizon.
Un vent léger se mit à souffler sur son doux visage et sur sa tête, il sentait la brise faire virevolter ses sublimes cheveux bruns. D’un geste délicat, il passait sa main dans sa chevelure et tentait de replacer sa tignasse en pleine rébellion à cause du vent. Le moment qui se déroulait actuellement semblait si bizarre… Ni lui, ni Amélia ne parlaient. Adrian avait l’impression d’être face à une inconnue. Le jeune homme aurait bien pu trouver un sujet de conversation, même stupide, mais rien ne lui venait en tête. Il était un peu trop gêné par la situation et bien trop occupé à se remémorer le passé.
Des images de trois enfants courants dans une rue d’un beau et riche quartier résidentiel se formaient en lui. Des éclats de rire, des paroles enfantines, des petits jeux pour faire passer le temps tandis que leurs parents discutaient entre eux. L’innocence et le bonheur se lisaient sur le visage de chacun des enfants, un cliché idyllique il faut l’avouer, mais c’était très exactement l’image de cette enfance qu’Adrian avait connu en compagnie d’Amélia et de Sam. Bien sûr, plus jamais il ne redécouvrirait cet aspect de l’amitié, il n’était plus un enfant, mais rien ne l’empêchait d’espérer ou même d’y penser.
Puis Amélia finit par reprendre arrachant ainsi le séduisant bel homme de sa petite rêverie. Il tournait brusquement la tête. Elle l’avait un peu surprise après ce long blanc qui s’était installé, il ne s’attendait vraiment à ce qu’elle parle. La fixant du regard, il l’écouta sans rien dire. Elle lui fit remarquer qu’il avait lui aussi changé et lui avouait ensuite que c’était partiellement grâce à ses yeux qu’elle l’avait reconnu. Adrian sourit légèrement. Ses yeux, son arme de séduction. Il en avait fait craquer des filles avec un simple sourire timide et un doux regard profond, mêlé à une tendresse irrésistible, parfois même sans en avoir l’intention ! Adrian utilisait très souvent ce petit charme qu’il avait la chance de posséder. C’était l’un des défauts d’Adrian, comme celui de tous les hommes sans exception, d’ailleurs, il adorait draguer les filles qu’il avait la chance de croiser. A petite dose, malgré tout, car il n’était pas du genre gros dragueur, quelque chose de plutôt étonnant. Il aurait bien pu draguer la belle Amélia, mais l’envie n’y était pas vraiment. Pourquoi, il ne serait le décrire. Peut-être parce qu’il avait un respect pour la jeune femme qu’il ne saurait expliquer ou sûrement par qu’à l’époque il était amoureux d’elle et qu’aujourd’hui cela le bloquait. Il n’en savait rien !
Adrian l’entendit également dire que Sam était le seul à ne pas avoir changé. « Tu l’as dit ! » Lâcha-t-il en pouffant avant de continuer : « En fait, Sam et moi on a continuer à garder contact malgré les années et la distance. Bon, je dois t’avouer que ce n’était pas aussi facile que cela. » Il marqua une pause et soupira. « Et ce qui est bizarre, c’est qu’il ne m’a jamais parlé du fait que vous étiez aussi proche. Enfin si… Il m’a parlé d’une fille mais je ne savais pas que cette fille… C’était toi ! » Avait-il dit d’une rapidité presque choquante. Il commençait à angoisser pour une raison qu’il ignorait et cela se faisait voir par ce côté bavard de sa personne qui remontait à la surface. Il baissait la tête, lorsqu’il se tut. « Désolé ! »
Il relevait tout de suite après la tête et croisait de nouveau le regard de la ravissante brune. Non pas qu’il ne l’avait pas entièrement écouté quand elle avait parlé, loin de là, mais la partie où elle disait qu’aujourd’hui elle était plus belle qu’étant enfant, résonna dans sa tête. Elle avait raison. Bien qu’Adrian la trouvait déjà très belle lorsqu’elle était petite, il devait également reconnaître qu’actuellement, elle était bien plus. « T’es très belle, t’as pas de soucis à te faire à ce sujet ! » Il lui sourit et lui adressa un regard sincère.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ϟ MESSAGES : 230
ϟ INSCRIPTION : 19/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 05/06/1995
ϟ AGE : 23
ϟ JOB : Etudiante en psyco'
ϟ STATUT : Célibataire
ϟ ETAGE : 4eme


MessageSujet: Re: A long time ago... ( Amélia v. Gillan & Adrian J.Cooper)   Ven 29 Juil - 17:11

Amélia fut surprise, par déjà la vitesse à laquelle parlait adrian et surtout par le fait qu’il avait gardé contact avec Sam, et que jamais il n’avait prononcé le prénom d’Amélia, elle baissa la tête pour éviter de montré que ces propos l’avait rendus un peu triste, de savoir que son propre meilleur ami n’avait jamais pris le temps d’écrire son prénom et avait préféré l’appelle une fille, même si elle savait que pour Sam elle n’était pas qu’une simple fille, mais Amélia, sa meilleur ami, sa colocataire sa confidente et sa sauveuse…Pourquoi n’avait-il pas mentionné son prénom… Cette question tournait dans sa tête… elle fit un léger sourire –un peu forcé - à Adrian avant de continué de l’écouter. Elle l’écouta attentivement quand il a répondu à la remarque qu’elle faisait de faire à propos des changements physique qu’ils avaient tous les trois eut… Il ne fit que confirmer ce qu’Amélia avait dit à propos de Sam ensuite, il s’excusa pour la rapidité à laquelle il venait de parlé, elle a souris légèrement, la rapidité des mots ou autre est surement du à l’angoisse, elle le regarda avant de dire « Calme-toi Adrian, t’es angoissé là… » Elle répondit sur un ton calme et posé comme l’aurait fait un psy’ elle venait de remarqué que s’il n’avait pas compris pourquoi elle venait de dire ca c’était normal, elle grimaça légèrement avant de le regarde et de dire « désolé…. Personne n’est transparent encore moins pour ceux qui étudie la psychologie. » Elle ne savait pas s’il allait lui demandé pourquoi elle faisait psychologie mais elle répondrait par la même réponse qu’elle donne à tout le monde : elle veut comprendre le comportement humain… Les raisons qui permettent au gens de se moquer d’autre personne… Et pourquoi d’un jour au lendemain la vie et les opinions de gens peuvent changer, bien sur aucune des ses questions ne sont choisit au hasard, ce sont des questions qui ont et qui bouleverse toujours la vie de la jeune gillan, des choses dont elle ne parle que très rarement… Elle secoua la tête pour sortir de ses pensées, elle le regarda et il venait de la complimenté de lui dire qu’elle était très belle, elle sourit légèrement, le regarda dans les yeux et vu la sincérité qu’il avait dans les yeux… « Merci… » Elle le regarda, en fit une moue triste avant de lui dire « Tu sais y a pas un jour où je n’ai pas pensé a toi, et a ton départ et pendant un an… J’ai prié et espéré pour que tu reviennes… » Elle baissa la tête… c’était la vérité elle l’avait caché a sam aussi mais c’était la vérité, elle aurait tout fait pour qu’il revienne, elle aurait voulu qu’il revienne pour elle et qu’il lui dit qu’il ne s’en ira plus jamais… Elle oublia d’ajouter cela à Adrian, enfin pas vraiment oublié, elle n’avait pas envie qu’il la prenne pour une dépressive plus qu’elle ne l’était… Elle remarquait quelques choses de bizarre chez lui, une tristesse ou, elle le scruta… Elle avait l’impression que quelques choses n’allait pas peut être c’était ses études qui était trop dans sa tête, elle le regarda avant de soupiré… « Tu vas peut être me prendre pour une folle… Mais j’ai l’impression que ca ne va pas… peut être que c’est parce que j’étudie la psycho… Je ne sais pas c’est une forte impression… Si tu veux parler je suis là…Et ne me vois pas comme une psy comme une amie… Une amie d’enfance qui veut que tu ailles bien. » La jeune femme avait peut être l’air folle… Elle le regarda avant de dire avec une ton posé et très calme comme d’habitude en regardant l’eau « mais si tu ne veux pas c’est normal… Je n’aime pas parler non plus de tout ce qui va pas » elle lui a souris, d’un sourire rassurant elle n’était pas la personne qui parlait souvent d’elle de ses problèmes, elle était mystérieuse et dans ce mystère se cachait seulement de la peine, des douleurs… Elle pensait qu’il ne dirait surement rien, elle ferait de même… Mais s’il ouvrait son cœur et lui raconter ce qui n’allait pas, ils s’étaient retrouvé depuis peu, mais Amélia avait envie de savoir d’où provenait cette peine au fond de son cœur…. S’il se confiait à elle, elle ferait de même…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ϟ MESSAGES : 169
ϟ INSCRIPTION : 27/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 19/03/1996
ϟ AGE : 22
ϟ JOB : glandeur.
ϟ STATUT : célibataire.
ϟ ETAGE : deuxième étage.


MessageSujet: Re: A long time ago... ( Amélia v. Gillan & Adrian J.Cooper)   Sam 30 Juil - 13:04


Adrian fut en quelques sortes prit au dépourvu lorsque la jeune étudiante lui avouait que pas un seul jour elle n’avait cessé de penser à lui. Elle ajouta juste après qu’elle avait prié et beaucoup espéré qu’il revienne après son déménagement. Tout ceci lui fit chaud au cœur ; il se sentit quelque peu gêné. A vrai dire, lui aussi avait espéré dans son coin qu’un jour il reviendrait à New Heaven. Et ce, malgré les soudaines révélations qu’on lui avait faites au sujet de sa famille. Les jours passaient et il pensait sans cesse à la fille, comme toujours d’ailleurs. Il était tout de même amoureux d’elle. Un amour qui disparut quand il comprit qu’il ne retournerait jamais à New Heaven. Ce jour-là, son père lui avait tristement révélé que plus jamais il ne rentrerait chez eux pour le bien de cet autre enfant qu’il avait eu illégitimement. Ce fut une décision dure à prendre mais pourtant il n’eut pas d’autre choix que de le faire : oublier Amélia était la meilleure chose à faire car plus jamais il ne la reverrait…
Chose qu’il fut remarquablement bien, enchaînant les coups d’un soir et les petites amies de très courte durée. La plus longue relation « sérieuse » qu’avait connue Adrian n’avait duré que cinq petits jours. Autant dire que les vraies relations n’étaient pas son fort pourtant le beau brun n’était pas ce genre d’homme adepte des relations sans aucun intérêt. Il cherchait sérieusement à rencontrer la personne qui ferait son bonheur, lui ferait oublier l’absence de sa mère et surtout qui l’aimerait de la même manière qu’il l’aimerait, mais les recherches du jeune homme n’étaient pas très actives. Pour être franc, il ne cherchait pas autant que ça. Pourquoi, il ne saurait le dire. Peut-être par manque de temps et de courage…
Comprenant qu’Amélia étudiait la psychologie, le jeune homme ne pu s’empêcher de penser à lui et à cette dépression dont il était sorti. Avoir une amie comme future psychologue c’était un comme un privilège pour lui. Il n’aurait plus à payer des centaines de dollars par mois afin de parler de ses problèmes et de tout ce qu’il ressentait à cause des évènements survenus dans sa vie, à un inconnu. Adrian détestait ses longues consultations durant lesquelles la seule chose qui avait un réel intérêt, était ses sentiments et ce qu’il avait en tête tandis que devant lui, le docteur notait une série de mots sur un petit carnet. De plus, Adrian soupçonnait son psychologue de faire des mots croisés pendant qu’il écoutait l’intrépide vie du New Yorkais. Il chassa cette pensée de sa tête. La véritable raison qui faisait qu’Adrian haïssait ses rendez-vous chez le psychologue, c’était principalement à cause du fait que pendant deux longues et éprouvantes heures, on l’obligeait à se souvenir du suicide de sa mère et des graves conséquences que cela avait eu sur sa santé mentale. Il soupirait et tournait la tête vers Amélia. Même s’il n’aurait pas forcément vu la jeune femme dans ce domaine, il voyait qu’elle avait de l’ambition, exactement comme lui. « Etudiante en psycho… C’est cool ! » Il hochait doucement la tête tout en parlant et continuait à parler : « Ca a quand même du bon d’avoir une amie comme future psychologue…» Lâchait-il juste après. « Ca m’évitera de payer deux cents cinquante dollars par séance à un type qui, j’en suis sûr, fais des mots croisés pendant que je lui parle de mes émotions. » Il lui sourit, d’un air complice.
Il arquait l’un de ses sourcils et inspira profondément avant d’expirer doucement. Ce n’était pas dans ses habitudes de parler de ses problèmes à une autre personne que son psychologue, d’ailleurs personne n’était au courant de la dépression qu’il avait faite mise à part à Sam. Mais apparemment, il n’était pas encore prêt à la voir alors cela n’avait pas vraiment d’intérêt pour lui. Il regardait d’un œil inquiet son amie avant de lui dire d’un ton calme et posé : « Je n’ai pas vraiment l’habitude de parler à quelqu’un de mes problèmes sauf à mon psy… » Il s’allongeait sur le sable chaud, passant ses bras derrière sa nuque et admirant les nuages dans le ciel. Quand il était enfant, Adrian jouit souvent à essayer de reconnaître les différentes formes qu’avaient les nuages. Aujourd’hui dans le cil, il ne vit pas de nuage portant une forme particulière. Il remarqua juste ce cumulus ressemblant étrangement à un cœur. Sûrement le fruit de son imagination. Il fermait les yeux quelques instants. En les rouvrant, il découvrait que le nuage avait disparu…
« T’es sûre de vouloir savoir tout ce qui ne va pas dans mon extraordinaire vie ?! » Lui demandait-elle d’un air sarcastique. Il se redressait et se posait en tailleur sur le sable, il la fixait, un regard interrogateur mais pas méchant sur le visage. « J’ai toujours été convaincu que ma vie pourrait faire un parfait scénario pour une série pour ado. Tu sais le genre de feuilleton dramatique où un père de famille apprend qu’il a eu un autre enfant avec une autre et qu’il décide de déménager afin de retrouver ce fils abandonné. » Septique dans un premier temps, il se rendit vite compte qu’il venait de trouver un moyen pas trop dramatique pour parler de sa vie. Ainsi, il continuait de la même façon : « Ce fils abandonné déteste son père biologique de l’avoir abandonné et il détestait également le fils de celui-ci pour lui avoir en quelque sorte volé la belle enfance qu’il aurait pu avoir. Et toute la saison un tourne autour d’une rivalité entre les deux fils ! » Il rit, puis continuait son récit. « Et le meilleur de tout, dans le premier épisode on assiste au suicide de la mère d’un des fils, qui suite à ce grave évènement fait une dépression ! Sa mère comptait énormément dans sa vie ! »
Même si parler de la mort de sa génitrice de cette manière avait quelque chose de beaucoup moins tragique que lorsqu’il le racontait encore et encore à son psychologue, la même tristesse le submergeait en y repensant. Mais il avait commencé, il ne pourrait s’arrêter là et laisser tout le suspens à la jeune femme. Alors il ravalait bruyamment sa salive et tentait de ne pas faire paraître au dehors la peine qu’il éprouvait actuellement. Il ne voulait pas qu’Amélia le plaigne, on l’avait bien trop plaint sans pouvoir faire quelque chose pour lui. « Dans la saison trois, le garçon sort de cette dépression grâce à son demi-frère. Etonnant, je dois l’avouer ! Et sur un coup de tête et surtout pour oublier sa souffrance il a décidé de revenir dans cette ville qu’il a toujours considérée comme sa maison. » Il marqua un courte pause et tourna la tête d’Amélia. Il lisait la peine sur son visage, le sentiment qu’il ne voulait absolument pas voir sur elle. Il lui adressait un sourire forcé afin de cache son chagrin. « Et toi ? Voyons voir si ta vie pourrait être le sujet d’une série à grand succès! Ou peut-être que t’as eu la chance d’avoir une vie… On ne peut plus parfaite. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ϟ MESSAGES : 230
ϟ INSCRIPTION : 19/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 05/06/1995
ϟ AGE : 23
ϟ JOB : Etudiante en psyco'
ϟ STATUT : Célibataire
ϟ ETAGE : 4eme


MessageSujet: Re: A long time ago... ( Amélia v. Gillan & Adrian J.Cooper)   Sam 30 Juil - 15:33

La jeune fille écouta très attentivement toute l’histoire du garçon, et elle avait du mal à croire tout ce qui s’était passé dans sa vie depuis qu’il avait déménagé, mais elle n’avait pas non plus eu une vie très tranquille, il a fait un dépression et avait perdu sa mère, elle se rappelait de sa mère et Adrian petit, elle souris légèrement a cette douce image qu’elle venait d’apercevoir, elle soupira, elle avait un peu de peine, et lorsqu’il avait finis sont récit, elle mis sa main sur le bras d’Adrian avant de lui dire « je suis désolé… » elle le regarda dans les yeux puis baissa les yeux parce qu’elle n’aimais pas trop qu’on la regarde dans les yeux, de peur qu’on voie ce qui se cache dans elle, elle pensait que les yeux était les porte qui ouvre à l’âme et au douleurs d’une personne c’était pour cette raison qu’elle n’aimais pas qu’on la regarde trop longtemps dans les yeux. Il lui demanda si sa vie, elle aussi aurait pu servir pour une série pour adolescente, elle a souris légèrement, et puis quand il finit par demandé si sa vie n’avait en faite pas été parfaite, elle fit une moue assez triste… Elle aurait tellement aimé que sa vie soit parfaite rien qu’un jour, mais chaque joue elle avait l’impression de vivre dans un enfer… elle le regarda furtivement avant de déclarer « j’aurais aimé que ma vie soit parfaite, mais ce n’était pas le cas… Tiens toi près ça risque d’être long… Moi ça serais une série dramatique, mais ça aurait été cool pour les producteurs parce que des personnages partent… » Elle le regarda, et commença à jouer avec ses doigts, c’était comme cela a chaque fois qu’elle était nerveuse… Elle prit une grande inspira avant de commencé son récit « ça serait l’histoire d’une jeune fille qu’on va appeler Amy… Toute petite on la trouver différente des autres petites filles, elle était très intelligente plus que n’importe quelle fille de son age… Elle était toujours mis à l’écart, et il y eu deux garçon qui l’aidèrent, mais un des garçons fini par partir et c’est à partir de ce moment que tout dérailla… » Elle le regarda avant de respiré fortement, elle regarda au loin avant de dire « cette petite fille connue tout au long de sa scolarité, des moqueries, des insultes de la part de ses camarades, elle était mise à l’écart et se sentait seule, il y avait toujours son meilleur ami le seul qui l’aidait vraiment… Elle était faible, et nerveuse et stressé, on lui a donc prescrit pleins d’anti douleur, anti-stresse et anti vomitif, et depuis qu’elle est petite elle a cela... » Elle le regarda encore pour l’instant ce n’était pas trop grave « ensuite tout s’aggrava, quand elle et sa parfaite famille allèrent au zoo, ils étaient devant… la cage des lions… quand sa mère partie au toilettes… » Elle n’arrivait plus vraiment à finir sa phrase, une larme coula sur sa joue, mais elle baissa la tête pour ne pas qu’il l’a voie... elle souffla une nouvelle fois avant de dire « mais elle n’est jamais revenue, abandonnant tout ce qu’elle aimait, abandonna sa fille… L’enfant grandis sans sa mère, juste aimé par son père. Avec le temps les moqueries devenait de plus en plus méchante et forte, la jeune fille n’en pouvait plus…Elle tenta de se suicider… Deux fois… Une fois en faisant un surdosage de médicaments et l’autre… » Elle regarda son poignet voyant la cicatrice qui traçait tout le long de ton poignet et qui était assez visible et au dessus un de ses tatouages… Elle regarda autour d’elle rapidement et joué encore avec ses doigts « la jeune fille grandis encore et avait décidé de changer et elle fit un changement très grand, elle s’installa avec son meilleur ami dans un appartement… décida d’étudier la psychologie, pour des raisons bien claires, comprendre pourquoi les gens c’était et continué de se comporter d’une manière si méchante avec elle, et pourquoi partir sans rien laisser du jour au lendemain… La jeune fille avait tellement de problèmes qu’elle voudrait oublier et elle les oublies en… surfant, courant… Et aujourd’hui encore toutes ses douleurs sont ouvertes mais fait comme si de rien n’était… Il n’y a que quelques personnes qui savent son histoire en entier… » Elle le regarda et lui avait changé sa façon de la regardé peut être était-ce à cause de ses tentatives de suicide…. Ou peut être qu’il n’aurait pas pensé qu’autant de chose lui était arrivée, elle toucha sa cicatrice et les autres moins visibles en soupirant puis le regarda une nouvelle fois « tu ne t’es pas endormis entre les saisons, je suis fière de toi… » Elle le regarda en souriant timidement et sentis une nouvelle fois son téléphone vibré, elle regarda puis eu une idée. Elle le regarda avant de lui demandé son téléphone, elle le prit et mis son numéro de téléphone, elle lui rendit et lui tendis son téléphone pour quil entre aussi son numéro avant de lui donner l’explication « si tu veux parler de tout ça ou juste envie de trainer ou ce que tu veux, tu peux envoyé un sms je serais toujours là. Okay ? Parce qu’on a tout les deux eu des vies assez compliqués et dramatique alors… » La vrai raison c’était qu’elle voulait le revoir autre que celle qu'elle venait de dire qui était par ailleur un peu débile et stupide, la vrai c'était parce qu’ils avaient passé beaucoup de temps ensemble petits et qu’elle aurait aimé rattraper le temps qu’ils ont perdus, et puis parce qu’elle a toujours aimé sa compagnie, elle le regarda avant de tourné la tête vers l’eau une nouvelle fois…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ϟ MESSAGES : 169
ϟ INSCRIPTION : 27/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 19/03/1996
ϟ AGE : 22
ϟ JOB : glandeur.
ϟ STATUT : célibataire.
ϟ ETAGE : deuxième étage.


MessageSujet: Re: A long time ago... ( Amélia v. Gillan & Adrian J.Cooper)   Dim 31 Juil - 22:36


Il voyait à son tour, qu’il n’était pas le seul à avoir souffert durant des années et pour être franc, il était quelque peu soulagé de savoir que ce qui était survenu dans son existence, n’était pas si dramatique qu’il le croyait. Certes elle était quand même un peu, cela il ne pouvait pas le nier, mais il se rendait compte que d’autre personne avait connu pire dans leur vie. Adrian fut d’ailleurs extrêmement touché par tout ce qu’Amélia venait de lui révéler. En lui, submergea ce sentiment qu’il haïssant tant et qu’on avait si souvent éprouvé à son égard : la pitié. Une pitié mêlée à une profonde tristesse et une once de regret. S’il n’avait pas déménagé, premièrement sa mère ne se serait très certainement pas suicidée. De plus, il aurait été auprès de la jeune femme pour surmonter tous ses tragiques évènements, comme le départ de sa mère qui l’avait lâchement abandonné. Il aurait pu l’aider à passer outre les remarques, les critiques et les moqueries qu’elle subissait impuissante à l’école et toutes ces autres choses, comme ses multiples tentatives de suicides ratées – on peut le dire.
Le suicide. Une solution finale et lâche ; telle était la façon dont Adrian percevait ce geste. Des milliers de personnes quittaient leur proche égoïstement par le suicide. Les raisons de cette morte brusque et soudaine étaient inimaginables et indénombrables. Mais leurs conséquences restaient quant à eux, les mêmes. Une atroce peine, le regret d’avoir perdu un être cher, la culpabilité de n’avoir rien pu faire ainsi que cet énorme vide laissé par le défunt. Adrian connaissait parfaitement tous ses états d’âme. De tous les nouveaux jours que son existence lui offrait, tous ses sentiments parsemaient sa vie sans qu’il ne puisse y faire quelque chose. Le suicide de sa mère était passé, fait et terminé, jamais rien ni personne ne pourrait effacer ce geste et faire revenir la femme. Malheureusement…
Ce point de vue qu’il avait des suicides changea légèrement son regard sur la jeune femme pendant qu’elle en parlait. Malgré lui, il vit qu’elle l’avait remarqué, il s’en voulu un peu de la regarder de la sorte. Mais son mépris visuel s’envola lorsqu’il la vit toucher du bout des doigts. Il frissonna un peu mal à l’aise en se souvenant de cette phrase que son ancien psychologue ne cessait de le répéter en boucle, durant ses toutes premières consultations avec lui.
« Souffrir ne rend pas plus fort, ni plus créatif et encore moins plus photogénique. Souffrir fait juste mal. » Même s’il tout à fait comprit ce que le médecin voulait dire, Adrian n’avait jamais pu vraiment assimiler cette phrase à l’un de ses actes. Le beau brun n’était pas du genre à se faire du mal à soi-même, il souffrait déjà assez. Rajouter une couche serait sûrement néfaste pour lui, mieux valait qu’il s’en tienne à la dépression qu’il avait fait. Mais grâce à la cicatrice d’Amélia, ces propos prirent un tout autre sens. La souffrance qu’elle ressentait il y a quelques années l’avait conduit à se mutiler et par la même occasion à se faire du mal sans raison, pourtant cette souffrance qu’elle s’état infligé n’avait par forcément arrangé les choses dans sa vie, bien au contraire. Cela n’avait réussi qu’à lui faire plus de mal. Ainsi donc, il lui ressortait mot pour mot la même phrase, d’un ton calme et posé.
« Je crois que là, ta série serait bien mieux appréciée par le grand public que la mienne. » Lui dit-il lorsqu’elle eut finit de lui compter le récit de sa vie. Adrian finit par former un petit sourire sur son minois lorsque la jeune femme lui fit constater qu’il ne s’était pas endormi entre les saisons et qu’elle était fière de lui. « C’était trop dramatique pour que je m’endorme… Je suis vraiment désolé de tout ce qui t’es arrivé dans la vie, même si je sais parfaitement que m’excuser ne sert à rien. Ce qui est fait et fait, on ne peut rien changer au passé, malheureusement ! » Il baissait la tête.
Alors qu’au début, rien ne prédisait qu’Adrian retrouverait sa meilleure amie d’enfance, voilà qu’à présent, ils étaient tous les deux en train de s’échanger leur numéro de portable respectif, par l’initiative qu’Amélia. Il faut avouer qu’Adrian lui-même n’en aurait pas forcément eu l’idée. Disons qu’il était plutôt du genre restreint. Si cela ne tenait qu’à lui, il aurait peut-être attendu un peu, que leur amitié se renoue un petit peu plus et qu’ils redécouvrent petit à petit, car à par tout ils n’étaient plus les gosses insouciants de l’époque. Mais le jeune homme acceptait gentiment le numéro d’Amélia qu’elle avait toute seule enregistrée dans le cellulaire du garçon. Ce dernier avait fait de même pour son numéro avec le portable de la fille, en lui répondant : « T’inquiète pas, si je ressens le puissant besoin de parler à quelqu’un même à trois heures de matin je t’appellerai ! » Il lui souriait amicalement avant de reprendre. Quand l’envie de parler lui prenait, il était presque impossible de faire taire Adrian. Il avait toujours était aussi bavard, alors il savait que ça ne gênerait pas Amélia tant que ça. Elle avait juste perdu l’habitude, mais ce n’était pas un problème ; Adrian se ferait un plaisir à la réhabitué à ce côté bavard qu’il ne contrôlait pas vraiment !
« On pourra même comparé nos vies et voir lequel à passé la pire journée et tout ça si tu veux ! » Il jouait avec le grain de sable devant lui, le prenant dans sa main et les laissant s’échapper à travers ses gros doigts virils. « Non plus sérieusement, si toi aussi t’as envie de pleurnicher sur le répondeur de quelqu’un, sache que le mien et vide ! » Il rit en la regardant dans les yeux, des milliers d’étincelles dans les yeux. Il se sentait tellement bien en sa compagnie, comme il l’avait toujours été, d’ailleurs. Savoir qu’il se sentait aussi bien qu’à l’époque où lui, Sam et Amélia étaient petits et amis, le soulageait et l’apaisait, lui rendant un peu de cette joie perdue par l’horreur de sa vie. « Et… Il se peut aussi que je t’appelle, juste pour entendre le son de ta belle voix… » Il hochait très doucement la tête et souriait timidement à son amie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ϟ MESSAGES : 230
ϟ INSCRIPTION : 19/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 05/06/1995
ϟ AGE : 23
ϟ JOB : Etudiante en psyco'
ϟ STATUT : Célibataire
ϟ ETAGE : 4eme


MessageSujet: Re: A long time ago... ( Amélia v. Gillan & Adrian J.Cooper)   Lun 1 Aoû - 22:54

Amélia a légèrement souris lorsqu’il lui avoua que sa série télé serait surement plus apprécié, elle regarda par terre avant de le regardait, il s’excusa pour tout ce qu’elle avait eu dans sa vie, elle regarda par terre, elle déteste ce moment où lorsqu’elle raconte ce qui s’est passé, les gens s’excuse elle sens de la peine dans sa voix et son regard, il ajouta qu’on ne pouvait pas modifié le passé… Elle le regarda fit une moue un peu bizarre avant de dire « seul les rêves permet de changer un peu ce qu’on vit… Avec les rêves tu fais ce que tu veux, effacé ce que tu veux… Mais la vie n’est pas un rêve, la mienne ressemble plus a un cauchemar ou chaque jour tu te sens enfermé dans un enfer » elle leva la tête au ciel, cette enfer était enfaite une image pour nommé sa vie à New Heaven elle aimerait tellement s’enfuir par moment, mais tout le monde sait que c’est impossible, elle s’allongea sur le sable et ferma les yeux quelques secondes pour apprécié ce moment rien qu’un peu, ça faisait longtemps qu’elle n’avait pas apprécié quelques choses… Quelques instant après elle avait pris le téléphone d’Adrian et avait échangé leurs numéros, il lui ajouta que s’il avait envie de parlé à quelqu’un que ca serait avec elle, même si c’était à 3h, elle le regarda souriant légèrement « je ne dors pas à cette heure-ci donc tu peux, je revois mes cours… Et oui je sais je suis bizarre mais apparemment Albert Einstein aussi alors ça me rassure. » Elle rigola légèrement Il ajouta quelques instant que même ils pourraient comparer nos journées et savoir le quelques passait la pire journée… Elle sourit légèrement une nouvelle fois, elle jouait encore une fois nerveusement avec ses jolies doigts avant de lui dire « je gagnerais toujours alors… » Elle soupira lâchement avant de lever la tête et de regarder l’océan, elle pouvait passer des heures, voir des journées entières à regardé la mer, c’était comme un calmant pour elle, cela la relaxé, le bruit de l’eau qui claque contre les rochers, les mouettes, le vent dans ses long cheveux bruns… Ensuite il continua de parlé que si elle avait besoin de parler, de se confier et de vider tout son sac, elle pouvait aussi l’appeler, et pleurniché sur sa messagerie car elle était vide, elle le regarda « ce n’est pas trop mon genre, souvent je souffre en silence et je ne fais chier personne aussi simple que ça. » Et elle ne pu s’empêcher de sourire et de rougir a ce qui venait de dire… Que peut être il allait l’appeler juste pour entendre sa voix… Elle ne savait pas trop quoi dire, était-ce des avances, était-il en train de la draguer ou c’était simplement pour être gentil avec elle, elle n’était pas vraiment sure à vrai dire la seule chose dont elle était sure c’est qu’elle ne comprenait rien. Elle le regarda dans le coin de l’œil en lui lançant doucement un « merci » Elle se leva un moment et avait pris la décision d’enlever la combinaison qu’elle portait toujours… Elle regarda Adrian qui la regardait aussi elle lui ajouta « regarde pas je vais m’habiller. Si tu regarde je t’assomme avec ma planche » Elle rigola légèrement, enleva sa combinaison de surf et enfila un short et un débardeur qu’elle avait mis dans son sac, détacha ses cheveux et revenu s’asseoir à coté de lui, elle avait bien vu qu’il avait jeté un coup d’œil un moment mais n’avait pas envie de le frapper à quoi bon ? Elle s’étira avant de dire « Je suis mieux comme ça, j’aime pas quand c'est moulant… Beurk. » Elle rigola légèrement avant de se rendre compte de ce qu’elle venait de dire, c’était un peu bizarre elle cacha son visage avec ses mains avant de lui dire « OK… Désolé je ne sais pas pourquoi je viens de dire ça … J’ai une question : Est-ce que tu parles autant qu’avant ? Je me rappelle tu faisais des monologues des fois, tu allais vite et j’avais beau t’écouter des fois je ne comprenais rien, et pourtant je suis intelligente » elle rigola de bon cœur avant de le regardé pour écouter la réponse qu’il allait dire.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ϟ MESSAGES : 169
ϟ INSCRIPTION : 27/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 19/03/1996
ϟ AGE : 22
ϟ JOB : glandeur.
ϟ STATUT : célibataire.
ϟ ETAGE : deuxième étage.


MessageSujet: Re: A long time ago... ( Amélia v. Gillan & Adrian J.Cooper)   Mar 2 Aoû - 22:41


Ainsi, aussi respectueux qu’il l’était, Adrian se retourna lorsqu’Amélia lui demanda de ne pas la regarder tandis qu’elle se changeait. Elle lui proférait aussi des petites menaces qu’Adrian ne prit pas vraiment au sérieux, il y rit gentiment d’ailleurs. Il avait tout à fait conscience du fait qu’il serait plutôt déplacé pour lui de jeter un coup d’œil au corps bien généreux de la jeune femme pendant qu’elle se rhabillait. Il devait tout de même reconnaître qu’il avait bien profité du fait qu’elle était dans cette combinaison particulièrement moulante pour admirer et apprécier le corps de déesse que possédait la belle brune. Mais cette fois-ci, par respect pour elle, il se retourna et attendit qu’elle finisse de se changer. Il avait dos à elle et jouait avec le sable. Il sourit en se remémorant ce geste plutôt brusque et agressif qu’elle avait dit qu’elle ferait si Adrian la regardait à cet instant même. Cette réplique fit échapper de sa bouche un léger rire. S’imaginer Amélia essayant d’assommer Adrian avait une chose d’assez comique digne des cartons que l’on pouvait voir à la télé, où l’un des personnages tentait par tous les moyens d’en assommer un autre. A vrai dire, c’était surtout la violence que disait-elle utiliser contre lui qui le faisait autant rire. Il avait du mal à voir Amélia lui donner des coups de planche de surf sur la tête. « Comment est-ce qu’une belle fille comme toi peut-elle utiliser la violence. Je suis choqué, là ! » Il riait de plus belle. Le jeune New Yorkais ne parvint pas à rester quelques secondes sans l’observer. De ce fait, il basculait légèrement la tête vers la fille qui se changeait et le regarda. Il ne pouvait le nier, c’était impossible, Amélia était vraiment magnifique. Il l’admirait sans vraiment garder les yeux fixés sur elle. Il ne voulait pas qu’elle se rende compte qu’il la regardait.
Elle enfila d’autres vêtements plutôt vite, d’après ce qu’Adrian vit. Lui qui était persuadé que toutes les filles mettaient énormément de temps à se changer voyait en la belle brune, une exception à ce cliché. Elle s’était installée à ses côtés. Il remarquait qu’elle avait détaché sa belle crinière sauvage, à plus grand plaisir des yeux d’Adrian. Elle s’étira de façon peu élégante – mais cela, il s’en fichait pas mal avant de lui parler. Elle rétorquait d’une manière assez dégoûtée qu’elle se préférait comme tel car elle n’aimait pas lorsqu’un vêtement était moulant. Propos qui fut complété pour une petite onomatopée marquant avec insistance ce dégoût. Adrian n’était pas du même avis que la brune, trouvant à l’inverse d’elle, que cette combinaison moulante lui allait plutôt bien. Même s’il lui disait cela, il ne le croyait très certainement pas pourtant telle était ce qu’Adrian voyait. Amélia était une personne de très belle, elle l’avait toujours été à ses yeux.
Soudainement, sans même qu’il comprenne quoi que se soit, Amélia cacha son doux visage avec ses deux mains. Surpris au début, elle finit par déclarer qu’elle ignorait les raisons qui l’avaient poussé à dire cela. Adrian haussait les épaules, lui-même ne comprenant pas et déclarait à son tour, quand un minuscule moment de silence se fit : « Bah écoute, moi non plus je ne peux pas savoir pourquoi t’as dis ça ! » Il lui adressait un petit sourire puis se concentrait de nouveau sur ce qu’elle lui disait. A peine avait-elle commencé sa phrase qu’Adrian explosa de rire. Elle venait de toucher en plein dedans en évoquant le côté bavard dont Adrian était doté. Une vraie pipelette, voilà ce qu’est et avait toujours été Adrian. Et apparemment, Amélia s’en souvenait très bien. Il se sentit quelque peu gêné. Ce n’était pas vraiment le genre de détail qu’il voulait qu’on se rappelle de lui. Maintenant il savait que toute les fois où quelqu’un prononcerait l’adjectif « bavard » tout le monde penserait systématiquement à lui. Il en était d’ailleurs convaincu ; à son mort le petit message inscrit sur sa tombe ressemblerait très certainement à quelque chose comme : « Adrian Joshua Cooper, mari, père, frère et fils, mais aussi un gros bavard qui passait son temps à parler sans que l’on puisse le stopper. »
« Je crois que la question ne se pose même temps. T’as pu le voir, non ? Je n’ai pas changé d’un poil de ce côté-là, toujours fidèle à moi-même. Bavard un jour, bavard toujours… » Il s’interrompit brusquement se rendant compte qu’il n’avait même pas besoin de se justifier pour montrer à quel point il était encore bavard. Il en fut extrêmement gêné. C’était la première fois ! « Héé mais ça veut dire que dire que toutes les fois où je te disais quelque chose, tu me comprenais pas !!? » Rétorqua-t-il l’air choqué. « Moi qui pensait que même toi, Amélia, la fille super intelligente qui m’aidait parfois à faire mes devoirs, tu comprenais tout ce que je disais… Oh non, tu faisais semblant de m’écouter pendant que je me tuais à te dire des trucs importants !! Nul ! Je suis vraiment nul ! » Il rit malgré sa gêne.
Tout ceci l’avait un peu calmé et désormais il essayait de contrôler ses paroles afin de ne pas trop parler. Les deux amis d’enfance continuèrent à parler de tout et de rien, ne voyant plus les minutes, ni même les heures passer. Adrian se sentait si bien en compagnie d’Amélia qu’il ne voulait pour rien au monde quitter cette plage, la quitter elle, son doux regard, son sourire rayonnant. Cette jeune fille dont il était amoureux étant enfant. Une vieille époque qu’ils prirent plaisir à se remémorer. « Au fait, tu te souviens de cette petite boîte à souvenir qu’on avait enterré dans un jardin ? Bon, je pense qu’avec le tsunami elle a du disparaître… Mais cette boîte contenait la majeure partie de notre enfance. J’aurais bien aimé la retrouver tu vois, juste pour retrouver ne serait-ce qu’un instant ce bonheur intense qui nous submergeait à l’époque… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ϟ MESSAGES : 230
ϟ INSCRIPTION : 19/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 05/06/1995
ϟ AGE : 23
ϟ JOB : Etudiante en psyco'
ϟ STATUT : Célibataire
ϟ ETAGE : 4eme


MessageSujet: Re: A long time ago... ( Amélia v. Gillan & Adrian J.Cooper)   Dim 7 Aoû - 23:25

Après avoir fait ses menaces, le jeune homme éclata de rire, elle lâcha un léger rire, mais en même temps elle n’aimait ne pas être prise au sérieux, il ajouta alors qu’une aussi jolie fille ne pouvait pas être aussi violente, étant élevé par un homme dans un milieu d’homme elle avait obtenue, un peu de violence, et donc frappé les gens pouvais parfois paraître méchant ou grotesque pour une jeune fille comme Amélia, mais pour elle s’était comme une marque d’affection, elle ne frappe que les gens qu’elle aime, une fois elle se rappelle avoir frappé Alex et une grosse marque était apparu à l’endroit où elle avait frappé quelques heures plutôt, elle s’en était voulue c’est vrai… Il ne faut jamais sous estimer une jeune fille avec un visage d’ange… Elle le regarda après s’être changé, elle s’asseye à coté de lui et le frappa légèrement l’épaule« Je sais frapper, tu demanderas à Alex tiens ! Je ne frappe que les gens que j’apprécie ! Et j’ai été gentille je t’ai pas frappé avec ma planche même si tu m’as regardé ! » Elle rigola legerement avant de regardé l’océan, le vent courrait dans leurs cheveux et faisait flotter les long cheveux bruns de la jeune Gillan.
Quelques instant après Amélia lança le sujet sur le fait qu’Adrian est un garçon bavard et que lorsqu’il veut ou plutôt lorsqu’il est gêné ou stressé ou pour d’autre raison il se met a parlé très rapidement ce qui par moment était un peu trop rapide pour que la jeune fille puisse comprendre, et pourtant elle était surdoué, il ajouta qu’il était encore bavard et que ca ne changerais surement pas. Ensuite il avait l’air légèrement, ensuite il lui demanda si même elle n’avait par moment pas compris se qu’il disait et faisait semblant de l’écouter pendant que lui racontais des trucs important, il ria légèrement mais elle se rendis compte qu’il était un peu gêné, elle le regarda avant de sourire « Je t’ai toujours écouter même quand tu allais très vite, j’arrivait à te suivre, c’était parfois dure à comprendre mais j’y arrivais souvent, et quand tu vas vite ca veux dire que tu es stressé ou gèné… comme là. » elle lui souris légèrement avant de lui donné un petit coup tout gentil dans le bras.
Le temps s’était écoulé entre les deux jeunes gens, ils avaient parlés, parlés et encore parlés de tout et de rien, la plage était devenue calme et l’ambiance était parfaite, tout était devenue calme, et ils avaient pas mal parlé, et en aucun cas elle ne voulais partir, c’était une bonne journée pour elle, et cela faisait longtemps qu’elle n’avais pas dit ce mot pour qualifié cette journée, il y avait un silence entre les deux… un léger silence mais il fut brisé par monsieur cooper qui lui demanda si elle se souvenait de la boite qu’ils avaient enterré, ils avaient enterrés des objets qui les avaient marqués ou qu’ils apprécier lors de leurs enfances mais malheureusement elle avait dû être emmener par le tsunami pensait-il, elle le regarda avec un léger sourire « oui je m’en rappelle, j’avais mis un de mes journaux intimes, un de mes premiers » et surtout le dernier quelle avait écrit alors qu’Adrian était encore là mais c’était surtout celui où il y a une page entière parlant de ce qu’elle ressentais à l’époque pour le jeune homme, mais ce qu’il ne se doutait pas c’est que cette boite, la jeune fille l’avait prise juste avant le tsunami… pour la garder… Elle le regarda avant de dire « A vrai dire, la boite… Je l’ai changé de place avant le tsunami, et lorsque la ville a été reconstruite, je l’ai remise à l’endroit où on l’avait mis en premier… Je ne l’ai pas ouvert, je n’ai rien rajouté ni enlever. » elle souris légèrement avant de dire « ca te fait plaisir de savoir ca ? Que toute notre enfance ne s’est pas évanouie dans un tsunami ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ϟ MESSAGES : 169
ϟ INSCRIPTION : 27/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 19/03/1996
ϟ AGE : 22
ϟ JOB : glandeur.
ϟ STATUT : célibataire.
ϟ ETAGE : deuxième étage.


MessageSujet: Re: A long time ago... ( Amélia v. Gillan & Adrian J.Cooper)   Lun 8 Aoû - 16:44


Il se stoppa un instant, se rendant compte qu’Amélia faisait partie de ses rares personnes à avoir comprit comment fonctionner son comportement, son attitude face à certaines choses et ses réactions face à d’autre. Elle ne l’avait donc pas oublié, exactement comme elle le lui avait dit plutôt. Ceci lui fit particulièrement chaud au cœur. Il baissait alors la tête. La ravissante brune avait vu juste, Adrian était à la fois stressé et gêné, pour des raisons pour ne pouvait qu’ignorer lui-même. Il était le maître de son corps et de ses émotions pourtant, mais il arrivait qu’à certains moment, il soit incapable de comprendre son propre comportement. Il était évident que niveau psychologie, Adrian n’y connaissait absolument rien. Relevant doucement la tête, il adressa ensuite un petit sourire malicieux à la jeune femme agrémenté d’un regard complice plutôt charmeur. Et dragueur en plus de cela ! Adrian se contentait de ne pas trop en faire non plus. Il pouvait certes être un vrai dragueur mais là, mieux valait pour lui que le séducteur qui sommeillait en lui ne se réveille pas. Cela aurait pour répercutions de gâcher cet excellent moment qui se déroulait actuellement. Il n’ajoutait rien, appréciant le silence qui avait prit place entre eux ; entre autre grâce à Adrian. Pour la première fois depuis des lustres, Adrian ne trouva pas de mots à ajouter pour s’exprimer. Et cela était une sorte de privilège qu’il fallait savoir apprécier. Le beau New Yorkais n’avait rien à dire, c’était plutôt exceptionnel en soit.
C’était principalement à cause de lui s’ils n’avaient pu prendre plaisir du doux son de la plage, des claquements des vagues contre les rochers, du cri des mouettes et tous ces autres sons communs à l’endroit. La plage, l’endroit où Adrian s’était toujours senti chez lui. Dans ses souvenirs, il avait passé beaucoup de temps à s’amuser ici. D’après ses parents, il y avait même fait ses premiers pas. Un souvenir un peu trop loin pour qu’il puisse s’en rappeler…
Apprendre qu’Amélia n’avait pas oublié leur boîte à souvenirs, fit décrocher au doux visage du beau jeune homme un léger sourire sincère. Celle-ci lui apprit qu’elle y avait d’ailleurs mit l’un de ses journaux intimes. Inutile de demander à Adrian ce que lui avait bien pu cacher dans cette boîte, il n’en avait aucun souvenir. A vrai, il se souvenait seulement qu’il y en avait mit des choses, toutes ayant plus ou moins de l’importance. Des photos, des petits objets rappelant un évènement, rien de plus, d’après sa mémoire. C’était également l’une des raisons qui l’avait poussé à « prendre des nouvelles » de cette boîte.
Et grâce à Amélia, il découvrait que la jeune femme avait déplacé cette boîte quelque temps avant que le tsunami ne ravage la ville. Comme si c’était quelqu’un ou plutôt quelque chose qui l’avait poussé à la changer de place. Afin que tous les souvenirs contenus dedans ne puissent pas être détruit par une énorme vague. C’était là une très bonne initiative qu’avait prise Amélia. Encore une fois, il vit en ce geste fait quelques années auparavant, la jeune fille intelligente et pleine de bon sens qu’elle avait toujours été. S’il était resté à New Heaven, très certainement qu’il n’aurait pas eu la même initiative de bouger la boîte. Mais bon, cela ne servait à rien de repenser au passé. Ce qui était fat, était fait. « Donc si j’en crois ce que tu dis, la boîte est de nouveau dans ce jardin. Intéressant ! Il faudra un jour, songé à la récupérer, juste pour voir ce qu’on avait bien pu y mettre. Je sens déjà les fous rires qu’on pourrait avoir en revoyant nos souvenirs. On était jeunes et insouciante ! » S’écriait-il par la suite en se rallongeant sur le sable chaud, il poursuivit d’un ton serein : « Si ça me fait plaisir… Oui, on peut dire ça ! » Il sourit légèrement. « Comme tu dis, notre enfance ne s’est pas évanouie à cause du tsunami. C’est comme si tout cela à survécu au tsunami… » Il se tut et soupirant, appréciant la beauté du ciel.
Les nuages dans le ciel étaient devenus un peu plus sombre que ceux qui le parsemaient tout à l’heure. Adrian n’avait aucune idée de l’heure qu’il pouvait bien être et pour être franc, il n’en avait strictement rien à faire. Il était bien ici, et sûrement qu’il ne bougerait pas. A quoi bon ? Une fois rentrée chez lui, il se poserait devant son téléviseur et s’ennuierait en effectuant ton traditionnel zapping des deux cents et quelques chaînes que possédait le câble. Autant dire qu’entre passer une passionnante journée chez lui seul et être ici sur cette plage, il optait sans se poser de question, pour la seconde proposition. Il se redressa de plus belle et observa l’horizon.
La mer d’un bleu écarlate était calme, comme toujours depuis tout à l’heure. Il tourna la tête sur Amélia, toujours à ses côtés. Sa planche de surf, les séparait tout les deux. Adrian l’inspecta. Il y a bien longtemps qu’il n’avait pas touché à une planche de surf… Ou du moins qu’il n’avait pas surfé. Et pour cause, où pouvait-on pratiquer le surf à New York ? De plus, il n’avait pas énormément voyagé dans sa vie, de ce fait, sa pratique du surf s’était interrompue à la suite de son déménagement. Et quelle n’était pas son immense envie de faire de nouveau ce sport. Mais avec le temps, son niveau avait du énormément baisser. Peu importe. Après tout, qui ne tente rien, n’a rien ! Il se tournait alors avant de déclarer à Amélia : « Tu te souviens, je surfais un peu quand je vivais encore ici… Je crois que je vais reprendre mais mon niveau doit vraiment être nul ! » Il se moqua de lui-même ! « J'imagine pas le jour où je vais remonter sur une planche... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ϟ MESSAGES : 230
ϟ INSCRIPTION : 19/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 05/06/1995
ϟ AGE : 23
ϟ JOB : Etudiante en psyco'
ϟ STATUT : Célibataire
ϟ ETAGE : 4eme


MessageSujet: Re: A long time ago... ( Amélia v. Gillan & Adrian J.Cooper)   Dim 14 Aoû - 23:01

Lorsqu’Adrian avoua qu’il faudrait aller rechercher cette boite, elle fut un peu gênée par ce qu’elle avait pu mettre dans cette boite, s’ils venaient a découvrir les contenues du journal intime d’Amélia elle serait surement super nerveuse, gêné… Elle avait aussi mis dans les résultats de tests qu’elle avait faits, des tests qu’elle avait a cette époque accroché à son mur pour se prouvait qu’elle était différente des autres, c’était un peu la feuille qui lui avait montré sa différence mais lorsqu’elle était rentré à l’école elle avait commencé à maudire cette feuille, et l’avait donc mis dans cette boite, enfoui sous terre, loin d’elle. Amélia était une nouvelle fois perdu dans ses pensées, son cerveau surdéveloppé était par moment submergé par des souvenirs provocant alors chez la jeune fille un moment d’inattention. Elle n’entendait plus vraiment les bruits autour comme dans son monde, elle était ailleurs, elle sentit quelques choses sur son bras, qui la fit sortir de ses pensées, elle fut un peu gêné, ce n’était pas la première fois depuis le début de l’après midi qu’elle avait des moments d’inattention, elle secoua la tête et ajouta un petit « désolé, je me suis perdue dans mes pensées » Elle se sentie une nouvelle fois gênée, elle regarda la plage et jouer en même temps nerveusement avec le sable. Elle le regarda quelques instants. Pour voir a quel point son visage avait l’air calme alors que son passé ne l’était pas vraiment. Une sérénité, peut être était-ce du à la présence de la jeune femme… Mais elle se retira cette idée de la tête dès le moment où il rouvrit la bouche, il parla de surf, elle se rappelait effectivement d’Adrian en train de surfer plus jeune c’était a vrai dire grace à lui si elle avait voulu apprendre a surfé après le tsunami qui avait ravagé la ville. Il avoua que si maintenant il retourné sur un planche il n’y arriverait pas , que son niveau serait surement nul, elle le regarda souriant légèrement « tu sais le surf c’est comme le vélo, ca ne soublie pas ! » Elle le regarda en souriant légèrement, elle regarda sa planche de surf avant de lui dire « et puis si tu n’arrives pas… Bah je t’aiderais !? Enfin… Hum... Si tu veux… » Elle avait l’impression de s’emballer un peu, ou d’etre un peu collante… Elle ne savait pas vraiment trop quoi faire, elle allait peut être un peu trop vite, elle s’allongea sur le sol et regarda le ciel, contemplant cette immensité qui l’entourait et admirait le paysage qui était calme, tout comme l’eau… La mer c’était calmé et tout semblait paisible, le vent parcourait les cheveux de la jeune fille mais elle sen fichait un peu… Elle regarda la jeune homme… Elle voulait lui dire qu’elle avait passé un bon moment avec lui, un moment comme celui là, elle n’avait pas vécu d’après midi comme cela depuis longtemps, elle n’avait pas pensée au cours, ou autre sujet qui aurait pu la rendre super nerveuse, elle s’était détendu… Peut-être était-ce là présence d’Adrian qui la rendait si calme et paisible. Elle le regarda soupira un coup avant de dire « tu sais ca fait longtemps que je n’avais pas passé une après-midi comme celle-là… Je me suis pas pris la tête et franchement c’est rare… » Elle le regarda dans les yeux avant de dire « merci. » Elle baissa la tête car elle venait de rougir, et elle détester lorsqu’elle rougissait… Elle espérer qu’il n’avait rien vu car lorsqu’on lui parlait de ses rougissements elle se mettait directement a rougir encore plus… Amélia était surement un des filles les plus compliqués à comprendre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ϟ MESSAGES : 169
ϟ INSCRIPTION : 27/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 19/03/1996
ϟ AGE : 22
ϟ JOB : glandeur.
ϟ STATUT : célibataire.
ϟ ETAGE : deuxième étage.


MessageSujet: Re: A long time ago... ( Amélia v. Gillan & Adrian J.Cooper)   Lun 15 Aoû - 15:11


On lui avait si souvent sorti ce genre de phrase, comme quoi certaines aptitudes acquises des années auparavant, ne pouvaient s’oublier, comme faire du vélo et pourtant, Adrian ne semblait pas vouloir y croire. Le jeune homme savait très bien de quoi il était capable ou non et ce dont il était plutôt sûr, c’était qu’il n’arriverait jamais à surfer comme il le faisait dans le temps. Il aurait beau y croire et peut-être qu’avec persévérance il finirait par surfer comme au premier jour et de ce fait, il se rendrait compte que tout ceci était donc vrai. Mais il préférait continuer à être têtu et à croire en l’unique chose à laquelle il avait toujours cru. Ainsi, il basculait la tête vers son amie et la regarde paisiblement. Bien gentiment, cette dernière venait à l’instant de lui proposer son aide pour le jour où il déciderait de dompter de nouveau les vagues de cette grande plage. Il aurait bien volontiers accepté mais il ne désirait pas se ridiculiser en public et surtout devant Amélia. De même, avec un visage agrémenté une douce gentillesse, Adrian lui adressait un tendre regard affectif avant de répliquer : « C’est vraiment sympa de ta part de vouloir m’aider mais je crois que je pourrais me débrouiller tout seul et je préfère d’abord retrouver mon niveau avant que tu me voies surfer. Je n’ai pas envie de me foutre la honte devant une championne de surf ! » Un léger sourire se dessinait sur le coin de ses lèvres.
Et puis d’un seul coup, ce fut comme si tout devint très calme. Aucuns des deux jeunes gens ne parlaient, quant à la mer, elle demeurait également, aussi silencieuse et paisible que tout ce qui l’entourait. Une atmosphère idyllique, presque parfaite. A vrai dire, parfait était le mot qui convenait parfaitement pour décrire le moment qui se déroulait actuellement. Adrian avait enfin fermé sa bouche et aucun son ne sortait de sa bouche. Quelque chose de plutôt rare, qui arrivait peu souvent. Le jeune brun appréciait tout simplement l’instant présent, sans penser à toutes ses choses qui le tracassait habituellement. Il était juste serein, tout allait bien pour lui. Il n’avait aucune envie de quitter cet endroit. A ses côtés, il avait remarqué le silence d’Amélia. Elle ne disait rien et semblait tout aussi calme et posée que le beau New Yorkais. Mieux valait pour lui qu’il ne dise rien afin de ne pas briser ce silence majestueux.
Etonnement, ce ne fut pas Adrian mais Amélia qui mit fin à ce silence de comble en faisait comprendre au garçon qu’elle avait passé une excellente journée ; chose qui n’était pas arrivée depuis bien longtemps. Adrian en fut bien content même s’il n’avait rien à avoir avec le fait que cette journée avait été si agréable. « Je suis bien content de t’avoir fait passé une bonne après-midi, alors. Mais tu sais j’y suis pour rien… Le principal c’est que t’étais bien avec moi, c’est la seule chose qui compte. » Après tout, c’était vrai ; les deux amis ne s’étaient retrouvés sur cette plage que par le plus grand des hasards. Certains penseront peut-être que ce n’était que le fruit du destin, d’autre comme Adrian songeront plutôt à une simple coïncidence, dont il était très heureux qu’elle se soit produite. Lui qui n’avait aucunement l’intention de retrouver son amie en était particulièrement fière. Grâce à elle, il avait pu renouer avec une partie de son enfance et aussi la retrouver. Elle, la fille dont il était amoureux des années auparavant. En y réfléchissant bien, ses années ne paraissaient pas si lointaines qu’elles semblaient l’être. C’était juste les années qu’ils avaient prit, qui donnaient cette impression.
Les années passent, défilent et changent des individus, mais pas là. Du moins tel n’était pas ce qu’avait senti Adrian. Au fond, Amélia ou même lui-même, restaient les même enfants insouciants qu’ils étaient. Ce n’était que l’âge qui donnait cette impression-là.
Le regarde toujours fixé sur son amie, Adrian lui déclarait encore une fois : « T’as vraiment pas à me remercier, tu sais. C’est vraiment rien. Et puis si t’as encore envie de passer une autre journée comme celle-là avec un dépressif comme moi, tu me le dis, je serai là. » Il ramena ses jambes contre lui et fixait l’horizon avant de poursuivre d’un ton sincère et posé : « D’ailleurs je serai toujours là si t’as besoin. Pour n’importe quoi, à n’importe quel moment. Maintenant que t’as mon numéro, il suffit de m’appeler. » Un adorable petit air prit place sur son doux visage, lorsqu’il regarda encore une fois Amélia. Certes, ce n’était pas vraiment le sentiment le plus approprié mais Adrian le pensait vraiment, la jeune brune l’avait tout de même manqué.
Ils passèrent encore quelques temps ensemble jusqu’à ce que dans le ciel, le temps dévoile les premiers signes de la nuit. Sur ce, ils se levèrent et rebroussèrent chemin ensemble. Adrian avait gracieusement proposé à Amélia de la ramener chez elle mais cette dernière préférait rentrer d’elle-même. Par conséquent, ils s’échangèrent respectivement un doux signe de la main avant de se séparer et de rentrer tous les deux chez eux… Ce fut une belle journée, que ni l’un, ni l’autre n’était prêt d’oublier.


Fin du rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: A long time ago... ( Amélia v. Gillan & Adrian J.Cooper)   

Revenir en haut Aller en bas
 

A long time ago... ( Amélia v. Gillan & Adrian J.Cooper)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ANCIEN RP.-