Accueil  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  




 

Partagez | 
 

 Avalon Marchela Monroe. « L'important ce n'est pas d'où tu viens, mais où tu vas. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité



MessageSujet: Avalon Marchela Monroe. « L'important ce n'est pas d'où tu viens, mais où tu vas. »    Mer 27 Juil - 16:13

    Angela Marchela Monroe


23 ans ϟ Le 24 Septembre 1988 ϟ Étudiante en Psychologie ϟ Don't Stop The Party ϟ Célibataire


    « I want to satisfy the undisclosed desires in your heart »
Ma vie pourrait être comme la votre. Je pourrais être mariée. Avoir une vie de famille. Ou vivre comme une jeune étudiante normale.
Je pourrais vivre à Londres. Ou a Paris. Bangkok, New York, Rome, toutes ces villes pourraient m’accueillir à bras ouverts et je pourrais y faire ma vie. Vivre et mourir dans une de ces villes ou rêves d’habiter.
Je pourrais n’avoir aucune attache. Déménager au gré de mes envies. N’avoir ni ami, ni famille. Voyager partout sur la Terre à la recherche d’un petit paradis.
Mais malheureusement, je ne suis ni comme vous, ni comme personne sur cette terre. Je suis à la fois sauvage et dominée. Esclave de ma génération et fervente combattante d’un autre siècle.
J’ai grandi un peu comme une princesse. Chez vous, cela peut sembler terrible, mais j’ai toujours été le bébé de la famille. J’ai eu des frères et sœurs plus âgés, dont le seul mot d’ordre était de répondre aux moindres désirs de la petite dernière. J’ai toujours eu ce que je voulais. Et ça a continué, et ça continuera toute ma vie. Je pouvais avoir tout ce que je voulais, l’utile à l’inutile, de l’extravagant au raisonnable. Du bon au mauvais. Mais je n’ai jamais couru après quelque chose que je ne pouvais pas avoir. Enfin, c’était jusqu’à que ce qu’il débarque dans ma vie et la détruise aussi facilement qu’en soufflant sur un château de carte.

Naitre. Respirer pour la première fois l’air stérilisé de la salle d’accouchement. Crier pour montrer qu’on vit. Voir ses parents pour la première fois. Les cris de soulagement des parents. L’enfant va bien. Tout va pour le mieux.
Pourtant, le jour de ma naissance, je n’ai pas vu ça comme ça. L’air qui ne veut pas rentrer. Le cri d’effroi de ma mère. Les médecins qui s’agitent. Et pour finir les soins intensifs.

Mes parents m’ont raconté que j’étais un miracle. Ma mère ne pouvait plus avoir d’enfant après la naissance de ma dernière sœur et que c’est à seulement quatre mois de grossesse qu’on a découvert mon existence. Mais les médecins disaient que c’était risqué. Qu’il y avait peu de chance que je survive à l’opération.
Et curieusement je suis là, je parle, enfin j’écris l’histoire de ma vie pour les plus poétique.

Après des jours et des jours de couveuses et de soins, mes parents purent exposer enfin leur trésor. Les faireparts de naissance, annonçait qu’une petite Avalon Marchela Monroe, avait pointé le bout de son née un certain dimanche 24 Septembre 1988 à 15h15. Une photo de moi, entourée de ma famille avait rejoint le bout de papier annonçant ma venue au monde.

J’eu aussi droit à un baptême, ma famille étant très conservatrice et très...Catholique. Bien que n’ayant jamais cru en une quelconque force supérieure, j’étais rentrée dans le moule et devenue bien malgré moi, et surtout mes convictions, une « pure catholique pratiquante ».
Voilà comment se déroula les premiers mois de ma vie.

Mon enfance fut tout aussi géniale. Ironie quand tu nous tiens. Toute ma vie était dirigée par Lui. Je mangeais, dormais, jouais, vivais selon Ses désirs. Pour la petite fille indépendante et assez sauvage que j’étais, me mettre dans la tête qu’une personne que je ne pouvais pas voir, dirigeait mes moindres actions était tout à fait impossible à comprendre.
Je décidai donc d’ignorer ce barbu et son fils que je voyais dans les Églises tout les dimanches pour me concentrer sur la seule chose qui m’attireraient et m’attire encore toute les ennuis du monde, les garçons.
La petite brunette que j’étais, était à croquer et je n’étais pas peu fière de dire que j’avais des tas d’amoureux et que j’étais mariée plusieurs fois.
Ce que je ne savais pas c’est que mes faux mariages se transformeraient en vrai.

L’adolescence. Les nerfs qui lâchent, le corps qui se prend pour Dieu et le reste du monde qui n’en a rien à faire. Suis-je la seule à avoir bien vécu le début de mon adolescence ?

J’étais devenue, sans me vanter, une belle jeune fille, j’avais de bonnes notes, mes relations avec mes parents étaient plus qu’excellente et par-dessus tout, j’étais normale. Tout à fait normale. Je ne sortais pas, ne fumais pas, ne buvais pas et faisait la fierté de mes parents.
Mon petit copain était comme moi et nos parents nous voyaient déjà marié et eux grands-parents.
Même si cette perspective était parfois réconfortante, je voulais plus. Je voulais quitter cette petite bulle tranquille, cette routine qui commençait à s’installer dans ma vie.
Mais je ne savais pas que j’allais être embarqué dans une spirale infernale aussi vite.

Nous étions en dernière année de Lycée et j’étais, à force d’acharnement et de travail, une personne assez essentielle dans l’organisation du Lycée et j’étais censé faire un discours le jour de la rentrée. Il ne me restait plus que quelques heures avant la date fatidique, et pour essayer de trouver l’inspiration, j’étais sortie prendre l’air muni d’un cahier et d’un stylo.
Au bout de toute ces années passées à New Heaven et malgré ce qui était arrivé à la ville, notre quartier demeurait le même. De grandes et hautes demeure, identique cachant chacune leurs secrets avec acharnements.
Je n’aimais pas trop rester dans mon quartier, tout le monde me semblait trop parfait, trop sûr de lui, trop...Trop.
Voilà comment j’étais allée à Faith Block, le quartier certes le plus pauvre mais qui était pour moi le plus intéressant. Tout ceux qui y habitait, était à l’inverse de mes semblables. Et j’aimais passer du temps avec des personnes qui ne pensaient pas qu’aux apparences.
Nous n’avions eu besoin que d’un seul regard pour qu’il éveille déjà en moi des sentiments nouveaux.
Il était tout ce que je désirais. La mauvaise part en moi qui ne demandait qu’à sortir. Après cette pseudo rencontre, j’étais repartie chez moi, chamboulée.
Je n’avais même pas dîné ce qui avait surpris mes parents, moi qui avais un gros appétit. J’étais montée me coucher, et rêver de ses yeux et quels yeux...

Le lendemain, j’avais essayé de chercher mon inconnu parmi toute la masse d’étudiant. Sans résultat. J’étais tellement désireuse de le revoir, que j’étais allée traîner plusieurs heures là ou nous nous étions croisés. Et rien.
Rien pendant plusieurs jours. Et ça me rendait folle. Je délaissais mes amis, mon petit ami, j’avais commencé à me rendre dans des soirées, espérant le croiser.
Pour lui dire quoi ? Je n’y avais même pas réfléchi.
Et un jour, sans crier gare, je l’ai retrouvé. Chez moi. Il s’était fait engagé par ma mère pour tondre la pelouse.
J’étais sorti pour nager un peu et je l’avais trouvé là. Devant moi. Il m’avait détaillé, de bas en haut et avait sourit avant de reprendre sa besogne.
Et à la fin de la journée, il était venu me voir. Il avait sourit et m’avait donné un bout de papier ou était griffonné son numéro et son nom. Nolan Stone. Nolan Stone. Nolan Stone. Son nom faisait écho dans ma tête. Nolan Stone.

Au fur et à mesure des semaines, nous nous étions vraiment rapprochés. La journée, il venait chez moi, travaillait et je l’observais, un sourire aux lèvres. Et la nuit, je faisais le mur pour le rejoindre en soirée.
Drogue, Cigarette, Alcool, étaient devenus mes nouveaux amis. Je passais plus de temps à faire la fête qu’à réviser mes cours. Plus de temps au poste de police qu’au Lycée.
Mes parents s’inquiétaient. Mes frères et sœurs ne me laissaient plus sortir. La petite princesse était coincée dans son château. Et elle étouffait dans sa prison dorée.

Puis la fugue. Mon désir de quitter la ville était tellement fort, que j’avais décidé de tout plaquer. J’avais fait mon sac, pris de l’argent, des papiers et j’avais fuit d’abord mon quartier. Je voulais me réfugier chez la personne en qui j’avais le plus confiance. Grossière erreur.
J’étais entrée sans frapper. Ca ne m’arrivais jamais, mais j’avais été si perturbée par ce que je venais de faire, que j’étais entrée et les avais surpris. Elle, ma sœur et lui, celui que j’aimais. Qui était censé m’aimer aussi. Je ne comprenais rien. Mais j’étais partie, ignorant ses excuses et ses explications.

Il m’arrive souvent de repenser à ça. Et j’avais trouvé une bonne thérapie pour contrer mon mal-être. Une bouteille, ou deux. Un joint ou deux. Une ligne ou deux. Et je n’étais plus apte à penser à quelque chose.
Un an d’errance m’avait suffit pour oublier. Enfin, pour faire semblant d’avoir tout oublié.

Bien sur, j’avais eu droit à de longues explications, engueulades avec mes parents. Tout ce que j’avais construit s’était écroulé devant mes yeux et je n’avais plus la force de recommencer.
Enfoncée dans un mon mutisme et ma haine du monde qui m’entourait, je décidais de ne parler à personne et de poursuivre la thérapie que je suivais depuis mon départ de New Heaven.

Tout se passait bien. Je limitais les contacts avec ma famille, je sortais quand j’en avais envie, j’allais en cours quand j’en avais envie. Mais ce soir-là, je n’aurais pas du sortir.
Vous savez comment ça se passe. Un verre de trop, un garçon et des milliers de possibilités s’offrent à vous.
Ma possibilité à moi a été de me marier. Avec mon meilleur ami. Trop gênée pour en parler, nous ne nous étions revus que pour signer les papiers de divorces et reprendre nos vies là ou nous les avions laissée.

Mes parents avait convenu, sans m’en parler, qu’il était temps que je vole de mes propres ailes et m’avait fichu dehors. Bien qu’il m’avait promis de me verser une coquette somme d’argent tout les mois, je me retrouvais sans appart’, sans famille et sans aucun cursus.
Heureusement pour moi, une amie avait bien voulu m’héberger le temps que je trouve un appartement et que je reprenne mes études.

Chose qu’aujourd’hui j’avais fait. J’avais un job en parallèle, j’étudiais la psychologie à l’université de New Heaven et j’avais un appartement. Ma vie aurait pu être normale.
Si je ne croisais son regard à chaque cours. Que je ne le voyais pas sourire et rire avec ses amis comme si de rien n’étais.
Ma vie aurait pu être normale, si je n’étais toujours pas éperdument amoureuse de Nolan Jeremy Stone et que je ne le croisais pas tout les jours à l’Université.

    «somewhere over the rainbow»
ϟ Lucy
ϟ 20 ans
ϟ France
ϟ Rachel Bilson * baaave *
ϟ C'est un secret :p
ϟ Superbe !
ϟ 4/7jours.
ϟ EEED JE T'AAAAIME ! Mes petites pulsions de l'après-midi xD


Dernière édition par Avalon M. Monroe le Sam 30 Juil - 16:14, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

ϟ MESSAGES : 230
ϟ INSCRIPTION : 19/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 05/06/1995
ϟ AGE : 23
ϟ JOB : Etudiante en psyco'
ϟ STATUT : Célibataire
ϟ ETAGE : 4eme


MessageSujet: Re: Avalon Marchela Monroe. « L'important ce n'est pas d'où tu viens, mais où tu vas. »    Mer 27 Juil - 16:15

lucyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy:D
WELCOME BACK XD
Goodluck pour ta fiche :D et bienvenue :D

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

UC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

a little bit longer, and i'll be fine...

ϟ MESSAGES : 134
ϟ INSCRIPTION : 11/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 25/05/1994
ϟ AGE : 24
ϟ JOB : Etudiant en médecine.
ϟ STATUT : single baby ;)
ϟ ETAGE : Liberty Block.


MessageSujet: Re: Avalon Marchela Monroe. « L'important ce n'est pas d'où tu viens, mais où tu vas. »    Mer 27 Juil - 16:16

LUUUCYYYYY :D ♥

Bienvenue et merci de ton inscription ;) Bonne chance pour ta fiche (a) ♥

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •



fuck the life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Avalon Marchela Monroe. « L'important ce n'est pas d'où tu viens, mais où tu vas. »    Mer 27 Juil - 16:19

Merci les filles :D Je la finis ce soir ou demain :D
Revenir en haut Aller en bas

avatar

ϟ MESSAGES : 129
ϟ INSCRIPTION : 27/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 03/02/1994
ϟ AGE : 24
ϟ JOB : études de psychologie & Barman
ϟ STATUT : Libre comme l'air
ϟ ETAGE : 1A


MessageSujet: Re: Avalon Marchela Monroe. « L'important ce n'est pas d'où tu viens, mais où tu vas. »    Mer 27 Juil - 16:24

Super Lucyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy fouet
Bienvenue ma belle
Bonne chance pour ta fiche bisou :D


Dernière édition par Neil W. Parkson le Mer 27 Juil - 16:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ϟ MESSAGES : 169
ϟ INSCRIPTION : 27/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 19/03/1996
ϟ AGE : 22
ϟ JOB : glandeur.
ϟ STATUT : célibataire.
ϟ ETAGE : deuxième étage.


MessageSujet: Re: Avalon Marchela Monroe. « L'important ce n'est pas d'où tu viens, mais où tu vas. »    Mer 27 Juil - 16:32

LUUUUCYYYYY et avec ma Rachel d'amour *vénération time*
Bienvenue et bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Avalon Marchela Monroe. « L'important ce n'est pas d'où tu viens, mais où tu vas. »    Mer 27 Juil - 16:47

ASTRIIIIIIIIID et MIAAAAAAAAA

Merci les filles, il nous faudra de super lien *o*

Revenir en haut Aller en bas

avatar

ϟ MESSAGES : 129
ϟ INSCRIPTION : 27/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 03/02/1994
ϟ AGE : 24
ϟ JOB : études de psychologie & Barman
ϟ STATUT : Libre comme l'air
ϟ ETAGE : 1A


MessageSujet: Re: Avalon Marchela Monroe. « L'important ce n'est pas d'où tu viens, mais où tu vas. »    Mer 27 Juil - 16:51

Owiiiiiiiii un truc de fouuuu hhaaaa comme d'hab
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ϟ MESSAGES : 91
ϟ INSCRIPTION : 27/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 20/11/1993
ϟ AGE : 25
ϟ JOB : étudiante & bibliothécaire
ϟ STATUT : célibataire
ϟ ETAGE : 6e


MessageSujet: Re: Avalon Marchela Monroe. « L'important ce n'est pas d'où tu viens, mais où tu vas. »    Jeu 28 Juil - 9:18

RACHOUUUUUUUUUUUUUUUUUUU [dix fois mieux que la Grongron]

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Avalon Marchela Monroe. « L'important ce n'est pas d'où tu viens, mais où tu vas. »    Sam 30 Juil - 16:32

Fiche terminée ( même si je trouve ça mal écris u_u )
Revenir en haut Aller en bas

avatar

ϟ MESSAGES : 230
ϟ INSCRIPTION : 19/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 05/06/1995
ϟ AGE : 23
ϟ JOB : Etudiante en psyco'
ϟ STATUT : Célibataire
ϟ ETAGE : 4eme


MessageSujet: Re: Avalon Marchela Monroe. « L'important ce n'est pas d'où tu viens, mais où tu vas. »    Sam 30 Juil - 16:33

Je te valide LUCY xD HAVE FUN !

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

UC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Avalon Marchela Monroe. « L'important ce n'est pas d'où tu viens, mais où tu vas. »    

Revenir en haut Aller en bas
 

Avalon Marchela Monroe. « L'important ce n'est pas d'où tu viens, mais où tu vas. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: We are golden. :: Just the way you are.-