Accueil  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  




 

Partagez | 
 

 the memories of an era inglorious | feat. Preston

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

ϟ MESSAGES : 169
ϟ INSCRIPTION : 27/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 19/03/1996
ϟ AGE : 22
ϟ JOB : glandeur.
ϟ STATUT : célibataire.
ϟ ETAGE : deuxième étage.


MessageSujet: the memories of an era inglorious | feat. Preston   Lun 5 Sep - 15:02


Preston & Adrian

Adrian qui était habitué à passer de longues heures chez lui, eut la soudaine envie de briser cette routine afin de se rendre en ville. Il ferait une petite balade dans les rues de New York, qu’il avait quitté étant enfant et qui lui avaient énormément manqué. De plus, cette promenade ne lui ferait que le plus grand bien. De ce fait, aussi surprenant que cela avait pu paraître aux yeux de Sam, celui qui était l’ami le plus proche d’Adrian; ce dernier attrapait ses clés de voiture et sortait de chez lui. Il n’avait donné à son colocataire, aucun détail de l’endroit où il irait car lui-même ignorait le lieu dans lequel le conduirait sa magnifique mustang noire. Il pénétrait d’ailleurs dans son joli véhicule qu’il adorait chérir. Même s’il possédait cette automobile depuis de longues années, celle-ci avait toujours cette odeur du cuir neuf. Un parfum qu’il adorait sentir en entrant dans sa voiture. Adrian s’était offert cette belle voiture grâce à l’héritage laissé par sa défunte mère. Il ne pouvait s’empêcher de penser à elle lorsqu’il grimpait dedans et la conduisait avec cet air béat et fière sur le visage.
Il démarrait enfin sa voiture et roulait prudemment sur les routes surpeuplées de la ville. Le jeune Cooper aurait du y penser ; à cette heure-ci, la circulation était plutôt difficile sur les grandes routes de Brooklyn. Malheureusement pour lui, il fut prit dans un énorme embouteillage duquel – d’après ce qu’il avait vu en sortant de son véhicule tant les voitures ne bougeaient plus – il mettrait un temps fou à sortir. Il soupirait donc en reprenant sa place derrière le volant et patientait bien sagement que les voies ne se dégagent. Il tentait également de se pas trop s’énerver dans sa voiture. L’énervement entraînerait très certainement une forte anxiété qu’il ne ferait devenir fou. Et même si les médicaments qu’il prenait quotidiennement lui permettait d’éviter cet état, il redoutait toujours que cela n’arrive au mauvais moment.
Il attendit longuement. Ses doigts tapotaient nerveusement sur son volant tandis qu’il jetait à gauche, à droite des regards répétés, veillant de ce fait sur la circulation qui ne semblait toujours pas bouger. Il fallu près de trente minutes pour que cet embouteillage ne disparaissent et que les voitures puissent enfin circuler normalement. Redoutant un autre embouteillage du même genre, le jeune homme optait pour sortir de Brooklyn, où les migrations pendulaires de faisaient de plus en plus sentir. Il empreinta alors le pont de. Il parcourut deux long kilomètres avant d’arriver enfin à Manhattan. Pour être franc, il ignorait complètement ce qu’il ferait ici.
Avant qu’il ne déménage à Los Angeles, Adrian se souvient avoir assisté, au Madison Square Garden, à l’un des concerts d’un des plus grands musiciens de l’époque en compagnie de son père. Il s’agissait d’un artiste que ce dernier appréciait énormément. L’adolescent en pleine crise qu’il était n’avait pas vraiment trouvé ce concert intéressant. Non parce qu’il n’avait pas aimé la musique mais plutôt parce qu’il n’avait pas prit la peine de l’appréciait. Durant tout les concert il avait pressentit quelque chose de bizarre et de très mauvais... Quelques jours plus tard, lui et sa famille quittait New York pour Los Angeles. De ce déménagement, il perdu sa mère, devint dépressif et le meilleur de tout cela… Il apprenait l’existence de son demi-frère, Neilan !
Neilan, ce mec qui le haïssait comme jamais une personne était capable de détester une autre et qui avait tout fait pour que sa vie soit un véritable enfer durant ses premières années de lycée. Et il faut le reconnaître, il avait accomplit sa mission avec brio. Adrian avait subit un pseudo bizutage, des humiliations et pleins d’autres choses aussi tordues que l’était l’esprit de Neilan. Il ne se laissait jamais faire, mais il se défendait simplement en raisonnant son demi-frère, ou parfois en négociant. Chose qui ne fonctionnait pas toujours…
Penser à Neilan ne pu qu’agacer Adrian. Ainsi il se gara devant le premier bar qu’il aperçut depuis sa voiture. Il pénétrait dans celui-ci, peu peuplé en cette fin de journée et s’installait au comptoir. Malgré les comprimés qu’il avait prit, Adrian s’autorisa une petite folie en consommant de l’alcool. Avec modération bien sûr. Et alors qu’il entamait son deuxième verre, il entendit une voix plutôt grave l’interpeller. Il tournait la tête en la direction de la voix et vit un jeune homme. Sans prendre le temps de comprendre quelque chose où même de reconnaître la personne, il lâcha un simple : « Oui, c’est moi ! »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ϟ MESSAGES : 148
ϟ INSCRIPTION : 07/08/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 29/09/1988
ϟ AGE : 30
ϟ JOB : étudiant en médecine.
ϟ STATUT : célibataire.
ϟ ETAGE : 4D.


MessageSujet: Re: the memories of an era inglorious | feat. Preston   Lun 5 Sep - 18:19

Adrian & Preston.



Après la soirée de folie qu'avaient passé Preston et Neil, c'était tout naturellement qu'à l'aube de ce samedi matin, Preston avait fait sien le canapé de son meilleur ami. Lorsqu'il ouvrit les yeux, il constata que le soleil brillait à son zénith. Quelle heure pouvait-il être ? Le jeune homme se tira difficilement du canapé, avec moult grognement et se dirigea d'un pas lent vers son téléphone qui trônait au beau milieu de la table de la cuisine. 14H30, indiquait la minuscule horloge digitale. Il remarqua le petit mot laissé juste à côté.
' Bonjour dormeur. J'espère que tu as bien profité de tes longues de sommeil, mais bon, il faut bien qu'il y en ai qui travail. Je t'ai laissé les clefs, ramène les moi au boulot. A toute !'

Après un rapide passage par la case salle de bain, où Preston avait tenté de laver sa gueule de bois en même temps que l'odeur d'alcool qui imprégnait sa peau, il se mit à chercher frénétiquement dans la petite armoire à pharmacie, en quête d'un doliprane. Lorsqu'il l'eut avalé, il revint au salon et enfila ses vêtements de la veille, à savoir une chemise noire froissée et un jean. Tout en s'habillant, le jeune homme remarqua que, de l'immeuble d'en face, une quadragénaire se rincer les yeux sans vergogne. Ce qui fit naître son habituel petit sourire en coin. Il lui adressa un petit signe de la main moqueur et claqua la porte de l'appartement derrière lui. Preston mit les clefs dans sa poche, descendit les escaliers quatre à quatre et, une fois dehors, entreprit de héler un taxi : le sport communale.
Une fois confortablement installé dans l'habitacle, il laissa ses muscles se détendre et son esprit vagabonder. Mais bientôt, le trafic devint extrêmement dense, jusqu'à créer un embouteillage. Preston grogna de mécontentement. C'était bien son jour de chance tiens ! Il eut beau ouvrir la fenêtre et passer sa tête à travers, tel un chien, il ne put apercevoir la cause de ce ralentissement. Au bout d'un quart d'heure, une dizaine d'automobilistes furieux étaient sortis de leurs voitures et s'insultaient à tout va. Bande de pechno, songea-t-il en haussant ses sourcils.
Il se laissait retomber sur la banquette du siège arrière lorsqu'il sentit son portable vibrer dans la poche de sa veste. Priant pour que ce ne soit pas Shelly, Preston appuya sur l'inconne indiquant un nouveau message. Celui-ci provenait d'un vieil ami à lui : Neilan. Totalement complémentaires, les deux jeunes gens pouvaient se comprendre sans même échanger un mot et se fourraient toujours dans des situations impossibles. Tout deux auraient pu être jumeaux tellement ils se ressemblaient, niveau caractère. Son ami lui manquait. Il savait que Neilan vivait une vie de fêtard invétéré parfaite à Los Angeles, cela le surprit donc lorsque ce dernier lui annonça son retour prochain à New York ! Ce fut donc à la limite de l'hystérie que Preston lui répondit qu'il était impatient de le revoir et que sa porte lui était ouverte, si il avait du mal à trouver un logement.
En arrivant au Manhattan, Preston repéra rapidement son meilleur ami auquel il adressa un signe de la main. Après quelques minutes de conversation clandestine (Neil ne voulait pas se faire repérer par son patron), il lui remit ses clefs. Il s'apprêtait à regagner sa garçonnière, lorsqu'il aperçut une silhouette qui lui était vaguement familière accouder au bar. Après quelques pas en sa direction, le jeune homme reconnu le demi-frère de Neilan : Adrian. Il l'interpella d'une voix chaleureuse et se dirigea vers lui. Alors que ce dernier répondait d'une voix claire : « Oui, c’est moi ! », Preston passa un bras autour de son cou pour serrer son visage contre son torse avant de déposer un énorme baiser sonore dans ses cheveux avant de relâcher son étreinte et de prendre le tabouret à côté du sien. « Alors, content de me revoir, petit Bizuth ? Garçon, un whisky ! Dis-moi tout mon chéri, est-ce que je t'ai manqué ?! »


Dernière édition par M. Preston Hawkes le Jeu 6 Oct - 16:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ϟ MESSAGES : 169
ϟ INSCRIPTION : 27/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 19/03/1996
ϟ AGE : 22
ϟ JOB : glandeur.
ϟ STATUT : célibataire.
ϟ ETAGE : deuxième étage.


MessageSujet: Re: the memories of an era inglorious | feat. Preston   Sam 17 Sep - 19:47


Preston & Adrian

Il faut reconnaître que si le jeune homme qui avait étrangement enlacé Adrian, n’avait pas parlé pendant qu’il desserrait son étreinte – qui fut particulièrement gênante – le jeune homme n’aurait certainement pas reconnu Preston Hawkes, son vieux camarade de lycée. Celui-ci s’était installé à ses côtés et avait même commandé pour eux deux des whisky. Toujours accoudé au bar, Adrian ne daignait pas adresser un seul regard à l’homme assis à côté de lui. Il ne lui répondit pas non plus. Sur son visage, on pouvait remarquer que l’agacement qui l’avait conduit dans cet endroit, s’était gravement accentué, donnant ainsi un air crispé, tendu, froid et méprisant à cette expression qui dessinait son doux visage. Adrian roulait des yeux et soupirait. A sa droite, l’homme s’impatientait. Il devait certainement être en attente d’une réponse de la part de son vieil ami – ou plutôt ancien souffre douleur préféré.
Adrian aurait très bien pu répliquer quelque chose ou tout simplement répondre à Preston en faisant abstraction de toutes ses choses que lui et Neilan s’étaient amusés à lui faire dans le passé. Oui, Adrian aurait pu faire cela, il n’était pas quelqu’un de rancunier ! Mais mieux valait pour lui de ne rien dire. Il connaissait très bien Preston ; ce dernier était vraiment le genre d’individu vicieux et sournois à qui on pouvait avoir un mal fou à faire confiance. Du moins, tel était ce que le jeune homme avait retenu de toutes les humiliations qu’il avait subit par son demi frère et son compère. De ce fait, l’unique – et sans doute la meilleure – chose qu’Adrian décida de faire, fut de ne rien dire et de laisser Preston parler. Cela ne le changeait pas de la manière dont il avait toujours agit étant adolescent avec celui-ci. Il subissait et se laissait faire sans rien dire.
Etant donné que Preston leur avait commandé des boissons, celles-ci ne mirent pas bien longtemps à atterrir devant eux. D’un geste las et agacé, Adrian attrapait son verre à whisky et le descendit d’un trait sous l’œil mesquin de Preston. Pas une seule fois, l’ancien dépressif n’avait tourné la tête afin de revoir le visage de l’homme à ses côtés, pourtant il sentait son regard posé sur lui. Il devait reconnaître que cette situation était très gênante mais Adrian devait faire avec afin de ne pas subir de nouveau, les moqueries, les vannes ou les phrases blessantes de celui-là.
Une fois qu’il eut terminé de sa boisson, il interpellait un homme derrière le comptoir afin qu’on le serve de nouveau. Il savait qu’il devait consommer ce whisky avec modération à cause des médicaments qu’il prenait mais ce soir il ferait certainement une exception. Ce fut la décision qu’il prit lorsqu’en attendant son verre, il se souvint de toutes les fois où il avait été la victime de Preston et Neilan. Comme la fois où ils avaient dérobé les vêtements du jeune brun après un cours de sport, alors qu’il prenait une douche. Ou encore celle où ils avaient emmené Adrian de force dans les bois et l’avaient abandonné seul, en plein milieu de la nuit. Jamais l’homme n’avait éprouvé l’envie de se venger pour tout cela pourtant ce n’était pas les occasions qui manquaient. A vrai dire ce n’était pas vraiment le genre d’Adrian. Lui avait simplement tenté de leur expliquer que leur petit jeu allait beaucoup trop loin et devait censé, mais jusqu’à leur dernière année de lycée, ce fut comme s’ils se fichaient complètement de tout ce qu’Adrian pouvait leur dire…
Ce ne fut qu’une fois son deuxième verre de whisky fini, qu’Adrian tourna enfin la tête vers Preston. C’était avec un visage dépourvu de sentiment qu’il s’adressa sèchement à l’homme devant lui : « Qu’est-ce que tu veux ? » Adrian n’était pas énervé bien au contraire. Il aspirait la sérénité et la tranquillité. Il arquait un sourcil tandis qu’il attendait une réponse de la part de Preston mais avant de celui-ci ne réponde, Adrian lâcha d’un ton plus doux : « Ca te faisait bien rire de m’humilier, hein ! » Il le regarda et marqua une courte pause qu’il interrompit rapidement. « Tu sais quoi, je suis fière d’être celui qui a fait que tes années de lycée ont été plus palpitantes. Tu devais vraiment t’éclater à me faire tout ça. A croire que t’avais vraiment rien d’autre à foutre de ta vie. Enfin bon, chacun ses passes temps favoris. Sinon moi je vais bien et juste comme ça, je crois plutôt que c’est moi qui t’aies manqué…» Oui, Adrian avait gagné en répartie au fil du temps.
Aucun sourire narquois ou d’expression sournoise n’était apparue sur le visage d’Adrian. Il était resté neutre. Puis il se levait dans l’idée de rejoindre une table isolée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ϟ MESSAGES : 148
ϟ INSCRIPTION : 07/08/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 29/09/1988
ϟ AGE : 30
ϟ JOB : étudiant en médecine.
ϟ STATUT : célibataire.
ϟ ETAGE : 4D.


MessageSujet: Re: the memories of an era inglorious | feat. Preston   Jeu 6 Oct - 16:06

Adrian & Preston.



Durant l'attente qui précéda l'arrivée de leurs deux verres de whisky, Preston étudia attentivement les moindres réactions d'Adrian cherchant à déceler de la nervosité, de la colère ou de l'agacement chez lui. Et pour son plus grand bonheur, il put percevoir ses traits qui s'étaient soudain crispés et étaient froid. Il ricana intérieurement, il adorait provoquer ce genre de réaction. Être le sujet d'inimitié lui était très plaisant. Car comme tout le monde le sait, il est beaucoup plus facile d'être haït qu'aimé. Enfin, leur commande arriva et les deux jeunes hommes descendirent leurs verres d'un trait. Le whisky n'était pas spécialement son alcool favoris mais il se rappelait assez bien une anecdote : lors d'une soirée lycéenne où étaient invités Adrian, Neilan et Preston, les deux compères avaient fais boire plus que de raison le demi-frère de Neilan, le laissant presque ivre mort sur un des canapés de la salle de réception. Preston fut donc plutôt surpris de voir le jeune homme boire son verre sans hésiter. Peut-être leur tentative de rendre Adrian allergique au whisky définitivement n'avait-elle pas marché. Soudain, il se décida enfin à lui répondre : « Qu’est-ce que tu veux ? » Il avait répondu d'un ton calme et détaché comme il l'avait toujours fait, toujours serein, ce qu'il avait toujours été, même lorsque ses deux tyrans essayaient par tout les moyens de le faire tomber plus bas que terre. « Ce que je veux ? Passer du temps avec mon meilleur ami, lequel m'a atrocement manqué pendant tout ce temps. Tu pourrais tout de même manifester un peu plus d'enthousiasme à ma vue. Après tout, je ne suis pas si désagréable que ça à regarder, si ? »
Ni Preston ni Neilan ne savait d'où venait réellement cette idée qu'ils s'étaient faite à propos de l'homosexualité présumé du jeune homme, mais ils avaient toujours pris un malin plaisir à faire circuler cette rumeur qui était totalement ridicule, Preston le savait, puisqu'il avait déjà aperçu Adrian avec une fille. Peut-être étais-ce le demi-frère de ce dernier qui s'était fait un malin plaisir de raconter ça à tout va car une fille lui avait préféré Adrian ?
En effet, Adrian était le preux chevalier servant alors que Preston et Neilan avait toujours plus été du genre Grand Méchant.
« Ça te faisait bien rire de m’humilier, hein ! Tu sais quoi, je suis fière d’être celui qui a fait que tes années de lycée ont été plus palpitantes. Tu devais vraiment t’éclater à me faire tout ça. A croire que t’avais vraiment rien d’autre à foutre de ta vie. Enfin bon, chacun ses passes temps favoris. Sinon moi je vais bien et juste comme ça, je crois plutôt que c’est moi qui t’aies manqué…» Preston fut presque surpris de la véhémence du ton d'Adrian. Peut-être le gentil petit canari avait-il un côté corbeau ? « Je ne savais pas que l'on tournait une scène des Feux de l'Amour là. Tu aurais dû me prévenir, je me serais fais moins beau. Je dois éblouir la caméra ! Enfin, c'est vrai que tu m'as manqué mon canard, fit-il en plaçant une main sur la nuque d'Adrian. La vie sans toi me semble … Tellement vide. Mon dieu ! Crois-tu que voudrais venir vivre avec moi ? » Et pour enfoncer le clou, il mit un genou à terre, mimant une demande en mariage, ce qui fit bien rire plusieurs clients du bar. Preston adorait que les projecteurs soient braqués sur lui. Il était toujours à terre lorsqu'Adrian se leva dans l'intention de rejoindre une autre table. Il se redressa alors, mit une main sur son coeur et avec le ton le plus triste qu'il put, énonça cette phrase : « Non Adrian, je t'en prie ne me quitte pas ! »
Il avait encore envie de s'amuser avec son jouer et il ne laisserait certainement pas s'en aller si facilement. Surtout qu'il ne lui avait pas encore annoncer la venue prochaine de son demi-frère chéri …

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ϟ MESSAGES : 169
ϟ INSCRIPTION : 27/07/2011
ϟ ANNIVERSAIRE : 19/03/1996
ϟ AGE : 22
ϟ JOB : glandeur.
ϟ STATUT : célibataire.
ϟ ETAGE : deuxième étage.


MessageSujet: Re: the memories of an era inglorious | feat. Preston   Sam 29 Oct - 16:09


Preston & Adrian

Pour être honnête, Preston avait de la chance qu’Adrian n’était pas un individu agressif. S’il avait été l’un de ses hommes qui cognait sur tout ce qui bouge lorsqu’il ressentait l’énorme besoin de laisser exploser sa colère, très certainement qu’il l’aurait fait depuis longtemps. Mais Adrian optait plutôt pour l’ignorance. Il préférait faire abstraction des taquineries puériles censées l’atteindre, de l’ancien meilleur ami de son demi-frère, et s’abstenait de tous commentaires. De plus, cela valait mieux pour tout le monde !
Lorsque Preston s’était posté devant Adrian une main sur le cœur en lui demandant hypocritement de ne pas le quitter, le second roula des yeux avant de soupirer. Cette scène était typiquement le genre de chose qu’il avait du subir durant trois longues années. Tout ceci ne faisait qu’agacer le jeune brun et encore plus quand il s’aperçut que les pitreries de Preston amusaient également la galerie, donnant à Adrian l’impression d’être seul. Encore ! Sans réfléchir, il attrapa, sans aucune gêne, une bouteille d’alcool qui traînait sur le comptoir. En se retournant, il croisa ce sourire et cet air narquois et hypocrites, tellement faux et agaçants que Preston lui avait toujours offert quand l’un s’adressait à l’autre. Mais avant de définitivement rejoindre cette table isolée qu’il avait repéré un peu plus tôt, le demi-frère de Neilan, s’arrêtait devant Preston en le regardant dans les yeux. Il pressentait déjà l’arrivé d’une énième plaisanterie de la part de ce dernier à son sujet. Au vue de la situation, il aurait très probablement sortit ce genre de vanne blessante au sujet de jeune Cooper et de sa fausse homosexualité. Encore l’une de ses rumeurs que le deuxième Cooper et son ancien ami s’étaient pris un plaisir à faire circuler dans le lycée. Une rumeur qui fit sourire intérieurement Adrian lorsqu’il se rappela de cette relation exclusif qu’il partageait avec Harlow.
Toujours avec ce visage neutre qui n’exprimait aucun sentiment, l’ancien dépressif brandit sa bouteille et tout en fixant Preston d’un regard qui petit à petit devenait fusilleur, il lui balançait d’un ton sec : « Elle est pour toi celle-là, en souvenir de tout ce que tu m’as fait subir à l’époque. Santé, enfoiré ! » Sur ces mots, l’homme retira le bouchon de la bouteille et la vida à moitié. Devant lui, Preston se contentait d’observait son vieux camarade de classe d’un air moqueur. Adrian ne préférait même pas s’imaginer les pensées que pouvait avoir l’homme planté en face de lui, à son égard. Il n’était plus dans son état normal. Il avait comme péter un plomb, sans que personne ne s’en rende compte excepté lui-même. Il le sentait très bien au fond de lui, mais il préférait oublier cette sensation. Seule une surdose de médicaments parviendrait à le calmer, mais là encore cela serait d’aucune utilité. Ayant consommer de l’alcool, il était préférable pour Adrian de ne toucher à aucun de ses comprimés.
La bouteille presque vidée à la main, Adrian emboîta le pas. Il bouscula violemment Preston au niveau de l’épaule, au passage et se rendit finalement à cette table. Une fois installée, il s’écroula sur la table, la tête dans ses bras. Il respirait rapidement et ferma les yeux. Il tentait de se calmer à sa façon et d’oublier que Preston se tenait dans le même endroit que lui. La meilleure chose à faire pour Adrian, était bien entendu de s’en aller. Ce qu’il décida de faire. N’étant pas en mesure de conduire, il tituberait dans les rues de Manhattan, le temps qu’il décuve…
Il se leva alors – manquant de tomber, mais il se rattrapa sur une chaise – et se redressa. Il fourrait ses mains dans ses poches, sur le point de quitter l’endroit, quand il vit de nouveau Preston s’approcher de lui. Il roula de nouveau les yeux et souffla énervé. « Tu comptes pas me lâcher à ce que je vois ! » Lui lâcha Adrian, les sourcils froncés. Peu à peu, la colère se dessinait sur son visage, il se laissait trahir par ses émotions, malgré lui. « Je savais que t’étais du genre tenace mais quand même ! Il faudra qu’un jour tu deviennes mature sérieusement. T’en as pas un peu marre de t’en prendre à moi comme ça. C’est fini tout ça. En plus, Neilan n’est plus là pour participer à tout ça et te soutenir comme il le faisait. Il est temps que tu trouves la page ! » Il expirait lentement... Et songeait qu'il avait vraiment de la chance que Neilan ne soit pas dans les parages à l'instant même !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: the memories of an era inglorious | feat. Preston   

Revenir en haut Aller en bas
 

the memories of an era inglorious | feat. Preston

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: NEW YORK, NEW YORK ! :: MANHATTAN :: THE MANHATTAN-